Bonjour les Cactus !

Aujourd’hui Roseline nous expose son point de vue sur le Bio, le zéro déchet, etc…
Encore une BIOgraphie dont on peut s’inspirer !

1/ Bonjour Roseline, qui es-tu ?

Bonjour les Cactus!

Je m’appelle Roseline, mais on m’appelle Rose. Comme les cactus, je peux piquer, mais dans l’ensemble je suis plutôt mignonne ! J’ai 34 ans, quelques ridules font leur apparition mais toujours pas de cheveux blancs… Ça doit être grâce au bonheur et à l’amour bien sûr !

2/ Le zéro-déchet, ça te parle ? Est-ce qu’à Tours tu as des magasins en vrac ?

Le zéro déchet, oui, ça me parle, on m’a offert le bouquin du même nom, y’a un an… trop extrémiste pour moi d’ailleurs. Je pense vraiment qu’en plus d’être une prise de conscience de réduction des déchets, on doit y aller progressivement en fonction de ce qui nous parle. Je suis encore très loin du zéro déchet, mais je me réjouis d’avoir déjà divisé par 2 ma quantité de déchets en 1 an.

Oui sur Tours, un magasin de vrac s’est ouvert cette année ! J’aime beaucoup l’idée et ça m’a permis de dépoussiérer ma machine à coudre pour faire des sacs à vrac. Malgré cela, je ne m’y rend pas chaque semaine car les horaires et la localisation ne sont pas des plus pratiques pour moi.

3/ Le Bio, c’est du blabla ou un critère imparable ? Et le naturel, à fond ou à reculons ?

Pour moi, le bio est avant tout relatif à la santé et non à un courant. Donc à fond mais dans une juste mesure. Par exemple, le bio de supermarché qui vient du bout du monde… très peu pour moi !

Les compotes bios chez McDo après les nuggets pour les enfants, on en parle ? Une hérésie !

C’est imparable oui, car même les cancérologues encouragent les patients à passer au bio ! Sans parler de maladie, souvent, manger bio est corrélé à une alimentation équilibrée (sinon, ça n’a pas de sens en fait), et donc ça permet d’être réellement bien plus en santé ! Mais tout ça, c’est une vraie réflexion à avoir sur ses habitudes.

4/ Toi qui habite à la campagne, que fais-tu pour l’environnement au quotidien pour préserver cette nature autour de toi ?

Déjà, point très important pour moi qui adoooooore cuisiner et manger, j’achète mes légumes de saison chez le maraîcher bio de mon marché (moins cher que l’importation non-bio !). La crèmerie et la viande, que l’on ne consomme que très ponctuellement, je ne la trouve pas bio avec label, mais c’est de la production bio et/ou raisonnée venant de moins de 20km de chez moi. Ensuite, mon mini jardin me permet de cultiver quelques trucs, de composter et d’avoir de jolies fleurs pour égayer la vie. J’ai comme projet de mettre en place d’ici 5 ans un jardin partagé dans mon lieu-dit, il y a plusieurs terrains abandonnés, ça serait dommage de ne pas en profiter.

Côté salle de bain, je fabrique mon shampoing solide, mon déo, mon dentifrice, ma crème corps/visage ainsi que mon démaquillant (qui me sert aussi de masque pour les cheveux^^). Je tiens à préciser qu’ayant une lueur de minimalisme, j’évite de faire mes cosmétos avec mille produits du bout du monde dans la compo… En gros, hormis la cire émulsifiante de ma crème, tous les composants sont des produits locaux (ex : huiles et cire d’abeille de mon apiculteur), ou des produits que je trouve en biocoop de qualités vérifiées. Je ne suis pas trop dans le moove de ces site dits « bios » qui te font acheter 14 produits pour une crème, le tout avec 28 emballages dont la majorité en plastique, non réutilisables 😉

Côté maison, dans le respect de l’environnement, je fais mes produits d’entretien aussi. Reste la lessive, pour laquelle je n’ai pas encore fait d’essai !

Et quand l’enfant était mini-pousse, il a eu des couches lavables. On a d’ailleurs été immédiatement convaincus par leur utilisation. Ce qui nous a permis de réussir à persuader bons nombres d’amis quand les enfants ont commencé à arriver autour de nous.

Et enfin…La cup quoi ! Ecolo, econo, durable, zéro déchets… et ses mille avantages !

5/ Quand et comment ça t’es venu ?

Toute cette réflexion a débuté il y a 6 ans, pendant ma grossesse. J’ai toujours été sensible à l’environnement et une petite graine germait déjà depuis plusieurs années. Et puis j’étais déjà dans une éviction de l’huile de palme à visée de santé mais aussi d’environnement. Et quitte à avoir un bébé, autant le faire grandir dans les meilleurs conditions possibles, en lui faisant connaitre les vrais goûts de vrais produits de qualités ; et en évitant de le tartiner des crèmes bourrées de perturbateurs endocriniens sur ses ptites fesses toutes neuves.

6/ Tu le fais pour ton bien-être ou pour la planète ?

Les deux !

7/ Que penses-tu de ces mouvements qui se mettent en place petit à petit (effets de mode du bio, du retour au naturel, diminution des déchets, minimalisme, etc.) ?

Je pense que peu importe comment les gens s’y prennent, que ça soit une mode ou une conviction, le faire sera bon pour tous à long terme. Chacun devrait prendre conscience qu’en apportant tous sa pierre à l’édifice, notre terre respirera chaque jour un peu mieux !

8/ Une bonne résolution écolo-bio-etc. que tu souhaites prendre mais que tu repousses ? Qu’est ce qui est si difficile dans ce changement à faire ?

Le maquillage !!!! J’ai essayé le maquillage bio… plusieurs marques… je n’ai pas été convaincue ! Le mode « panda » avec le liner et mascara qui coule en 1 h, c’est pas possible ! Je me dis qu’un jour j’essaierai de trouver une bonne formulation home-made. Mais comme tout, les changements doivent se faire petit à petit pour garder la motivation! Alors on verra ça après d’autres choses que je veux faire.

9/ La question qui fâche : vegan, végé, omni (ou autres) ? Et pourquoi ?

Sans hésitation OMNI ! Même si je consomme de la viande que très ponctuellement.

Déjà, parce que parfois, mon corps en réclame. Et comme je suis du genre à être à l’écoute de mes besoins, j’en mange. Après, j’aime ça, un peu, donc je ne vois pas pourquoi je m’en priverais. Si c’est pour être une végé frustrée, ça ne serait pas épanouissant pour moi. Je pense qu’il faut trouver la juste mesure entre ses envies, ses convictions et ses besoins.

A côté de ça, on ne boit pas de lait, pour des questions de santé… C’est une aberration selon moi. Mon fils n’en boit pas non plus d’ailleurs. Après le lait maternel, le lait de vache ne l’a pas branché longtemps, l’intuition que ce n’était pas bon pour lui probablement. Par contre, le fromage, on n’arrête pas. On a une consommation très modérée, mais comme on aime vraiment ça, impossible d’arrêter.

10/ Merci de nous avoir partagé ton avis de petit cactus, un diy facile à nous faire partager avant de partir ?

Oui carrément : Mon démaquillant.

85g d’eau minérale, 5g d’huile d’olive, 5g d’huile de ricin

Tu mélange tout et tu peux l’utiliser en bi-phasé, donc remuer la bouteille à chaque utilisation.

On peut aussi rajouter 5g de cire (émulsifiante ou abeille), mettre le tout au bain marie jusqu’à ce que la cire soit fondue, et mélanger régulièrement au fouet jusqu’à ce que ça refroidisse.

Pour finir, je tiens à préciser que c’est un mode de vie et non une passion. Je le précise car les gens ont tendance à croire que quand on mange bio, on cuisine, on fabrique plein de truc… Alors on passe sa vie à faire ça ! Pas du tout, j’ai une vie très riche et bien remplie à côté de tout ça. Je travaille à plein temps, je prends le temps pour ma famille, et je vis aussi comme tout le monde (sorties, resto, activités…). On peut être hippie-bio-écolo et « avoir une vie ».

Voili voilou ^_^


 

invités

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s