Article Invité : DAVID & le minimalisme

Moins et mieux, vers la simplicité et la vraie richesse.

J’ai toujours aimĂ© la simplicitĂ©, l’organisation, les espaces Ă©purĂ©s, les ambiances silencieuses, la beautĂ© de la nature, sous toutes ses formes. L’essentiel. De l’utile. De la beautĂ©.

David 1 (1 sur 1).jpg

Je ne suis pas un minimaliste par idĂ©alisme ou mĂȘme par mode. Je suis simplement quelqu’un qui cherche Ă  obtenir le meilleur de lui-mĂȘme, dans une quĂȘte sans fin du mieux vivre, via la simplicité vers la tranquillitĂ©. Le minimalisme se trouve ĂȘtre la voie naturelle et indispensable pour atteindre ce but. Mais cette quĂȘte est en fait une lutte acharnĂ©e contre les stratagĂšmes d’une sociĂ©té consumĂ©riste qui fait tout pour nous en Ă©loigner. Tout ou presque autour de nous nous en empĂȘche.

En effet, notre sociĂ©tĂ© occidentale moderne veille au grain : elle ne souhaite surtout pas que vous empruntiez la voie du moins. Cela ruinerait son leitmotiv du toujours plus. La logique de vie proposĂ©e dans les pays riches est la suivante : possĂ©der et consommer ! Le toujours plus. Une belle maison, un beau salon, une belle cuisine, une belle voiture, avoir de belles vacances, des vĂȘtements à foison, une ou plusieurs TV. Des crĂ©dits divers et variĂ©s. Des abonnements de toutes sortes inutiles (des magazines jamais lus, des clubs de sport que l’on dĂ©serte dĂšs la deuxiĂšme sĂ©ance etc.)

David 3 (1 sur 1).jpg

Notre paix intĂ©rieure est en permanence mise Ă  mal par une pollution visuelle et sonore qui nous agresse frontalement ou insidieusement du matin au soir. De la sonnerie du rĂ©veil le matin au beuglement des publicitĂ©s, des chaines d’information continue, en passant par le bruit de la circulation urbaine, tout nous enferme dans une spirale infernale dont on a du mal Ă  sortir.

L’économie mondiale repose sur la croissance sans limite suicidaire et la consommation forcenĂ©e de biens inutiles mais vendus comme indispensables Ă  notre bonheur.

Pour vous aider Ă  succomber, un instrument puissant et envahissant a Ă©tĂ© placĂ© chez vous, sous la forme d’un Ă©cran toujours plus grand, diffusant des programmes de milliers de chaines, vomissant des milliers de publicitĂ©s et volant notre unique vrai richesse, notre temps. Ces programmes nous lobotomisent en crĂ©ant en nous des dĂ©sirs superflus.

C’est assez ! Il faut se rĂ©approprier l’essentiel.

J’ai deux « mentors » dans ce domaine : Leo Babauta, cĂ©lĂ©brissime bloggeur de la sphĂšre du mieux vivre, dont l’excellent livre « L’art de l’essentiel » est un indispensable, et Fumio Sasaki, la tĂȘte de file du minimalisme Ă  la japonaise, qualifiĂ© « d’extrĂȘme », mais dont le mode de vie est vraiment inspirant. La mode des 150 ou mĂȘme 100 objets est trĂšs caractĂ©ristique de ce courant. Trois chemises, 3 T-shirts, 3 pantalons, 5 paires de chaussures, un futon, une couette, un oreiller, 2 ou trois vestons ou manteaux, quelques ustensiles de cuisine, et c’est dĂ©jĂ  presque trop.

Minimalisme ne rime pas avec pauvreté, mais avec richesse intérieure. Il faut bien choisir les objets qui devront nous accompagner.

De la mĂȘme façon, les voyageurs/bloggeurs minimalistes qui ne possĂšdent que leur sac Ă  dos, et des objets triĂ©s sur le volet et de qualitĂ© sont des modĂšles Ă  suivre pour ceux qui veulent se libĂ©rer (voir par exemple le cas de Andrew Hyde et ses 15 objets comme unique possession).

David 4 (1 sur 1).jpg
Sac pour 2 semaines de voyages

Le minimalisme va de pair avec la quĂȘte du mieux vivre. Pour libĂ©rer son esprit et se simplifier la vie, il faut libĂ©rer son espace vital. L’endroit oĂč l’on vit doit ĂȘtre le premier espace de notre bien-ĂȘtre et de notre Ă©panouissement. C’est le reflet de notre situation personnelle et de l’état dans lequel se trouve notre esprit : apaisĂ©, se fixant sur l’essentiel et recherchant la simplicitĂ© au sein d’un espace épuré ? ou bien encombrĂ©, fermĂ©, prisonnier de milliers d’objets inutiles et nous enfermant dans un cloaque sans issue ?

Autant il est trĂšs difficile d’éliminer (cette dĂ©marche de simplification nĂ©cessite souvent des mois voire des annĂ©es), autant re-remplir sa vie et son espace avec de l’inutile est d’une simplicité absolument diabolique. Cela nĂ©cessite une vigilance extrĂȘme de notre part : les objets nous guettent, prĂȘts Ă  nous envahir de nouveau !

Il est indispensable de faire une diffĂ©rence entre envie et besoin rĂ©el. L’envie nait de plusieurs influences, souvent nĂ©gative, propulsĂ©e par notre sociĂ©tĂ© de consumĂ©risme forcenĂ©. Les besoins vitaux sont en fait peu nombreux. Quand je veux acheter quelque chose, je me donne toujours un dĂ©lai de rĂ©flexion d’une semaine Ă  un mois. Et 9 fois sur 10, l’envie reposait sur du futile.

Suite Ă  un gros changement de vie personnelle (un « reset » salvateur), j’ai dĂ©cidĂ© de me donner les moyens de vivre enfin comme je le voulais, et de me dĂ©barrasser du superflu. Pendant des annĂ©es, j’étais comme tout le monde, entourĂ© de milliers d’objets, ma vie remplie de possessions qui me possĂ©daient. J’étais dans la norme.

David 2 (1 sur 1).jpg

Franchir le pas, et ne m’entourer que des choses rĂ©ellement essentielles pour vivre a Ă©tĂ© une Ă©tape importante. Une prĂ©cision : je vis seul la plupart du temps, et que ce qui marche pour moi ne fonctionnera probablement pas pour d’autres. Pas de prosĂ©lytisme dans ma dĂ©marche. Juste du pragmatisme. Mon leitmotiv est simplicitĂ© et quĂȘte de l’essentiel.

(NĂ©anmoins, de nombreuses familles dans le monde adoptent avec bonheur cet art de vivre).

Le minimalisme entraine (ou est la rĂ©sultante de) une hygiĂšne de vie salvatrice : manger mieux, dormir mieux, se lever tĂŽt (cf le « Miracle Morning »), se coucher tĂŽt, se dĂ©polluer l’esprit en ayant du temps pour s’enrichir intĂ©rieurement, s’ouvrir au monde, voyager, sourire, rire, vivre avec le sentiment euphorisant d’une libertĂ© retrouvĂ©e.

Ni télévision, ni micro-onde, ni four, ni machine à laver, ni canapé, ni meuble inutile.

Voici pour le moment mes quelques possessions (encore trop nombreuses à mon goût) :

Cuisine

– Une monoplaque de cuisson Ă  induction,
– 2 casseroles,
– 1 poĂȘle,
– 4 bols,
– des couverts,
– 1 tasse et 2 verres,
– 1 bouilloire,
– 1 presse agrume,
– 1 petit mixeur,
– des chiffons de cuisine,
– 1 frigo petit format.

Je suis vĂ©gĂ©tarien. Donc pas de viande, pas de poisson (mais encore des Ɠufs et du fromage
 pour le moment), pas de cuisine compliquĂ©e, pas de friture (donc pas besoin de hĂŽte aspirante), pas de four, pas de micro-onde. Le moins possible de nourriture transformĂ©e. Des plats essentiels, simples et nourrissants et bio si possible. Fruits et lĂ©gumes. LĂ©gumineuses. Graines. CĂ©rĂ©ales. FĂ©culents.

Pates. Riz. Eau. Alcool avec grande modération.

Couchage20170301_195255

Plus de lit, de table de nuit, d’armoire, de commode etc.

– 1 excellent futon type japonais, repliable en 3. Vous pouvez vous en servir comme sofa. Je dors excellemment bien.
– 1 couette,
– 1 oreiller,
– 2 jeux de draps et housses.

Je dors Ă  mĂȘme le sol. Mon dos me remercie. Le couchage est aĂ©rĂ© et rangĂ© chaque matin.

VĂȘtements

J’ai donnĂ© beaucoup. Et je dois encore optimiser (j’use encore 40 piĂšces de vĂȘtement – ce qui est énorme). Pas de lave-linge. J’utilise le lavomatic de ma commune pour quelques euros.

– 1 penderie mobile dans la piĂšce.

Pas de stress le soir pour choisir ses vĂȘtements du lendemain (par exemple le fondateur et CEO de Facebook utilise les mĂȘmes t-shirts et sweats chaque jour).

– 6 chemises,
– 5 T-shirts,
– 5 paires de pantalons,
– 3 sweats Ă  capuche,
– 1 polaire,
– 2 vestes de costumes,
– 1 manteau,
– 1 parka impermĂ©able,
– 1 veste polaire,
– 1 short,
– 1 maillot de bain,
– 1 pantalon multi-poches adĂ©quat pour le camping/randonnĂ©e,
– 5 paires de chaussures,
– 1 paire de sandales,
– 2 ceintures,
– 2 pulls over,
– des sous-vĂȘtements.

Je commence Ă  remplacer au fur et Ă  mesure ces piĂšces par des vĂȘtements dits « techniques », de qualitĂ© supĂ©rieure, pratique, durable (ex. chemises sans repassage, t-shirts hautes performances etc.). Les couleurs sont assez neutres ou uniformes (blanc, gris, noir, bleu) pour pouvoir se combiner entre eux.

Salon/bureau

Pas de TV (la meilleure chose à faire est de se débarrasser de cet engin infernal). Donc pas de meuble TV. Pas de canapé. Un vieux fauteuil.

– 1 chaise pliable en bois.
– 1 table basse toute simple faite maison.
– 1 bibliothĂšque.
– 1 bureau tout simple fait maison.

Et c’est bien suffisant.

Salle de bain

Une salle de bain vide est un bonheur dĂšs le matin.

– 1 savon naturel,
– du bicarbonate,
– rasoirs et accessoires,
– brosse Ă  dent Ă©lectrique,
– 3 serviettes de bain.

Objets divers

– livres (encore trop – je dois en donner/vendre),
– sacs Ă  dos de diverses tailles,
– instruments de musique,
– appareils Ă©lectroniques divers (ordinateurs, enceintes HIFI etc.),
– pleins d’objets liĂ©s Ă  mes passions (dont la magie) – un tri s’impose.

La grande question est : mais quand tu reçois du monde, comment fais-tu ?

La rĂ©ponse est : on improvise. Dans la joie et la bonne humeur. Il suffit de pas grand-chose pour passer un bon moment convivial. Ou alors, changez d’amis.

Se lever le matin dans une piĂšce Ă©purĂ©e est jouissif. Faire le mĂ©nage complet ne prend que quelques minutes. Le minimalisme permet des gains d’argent qui peuvent ĂȘtre considĂ©rables Ă  la longue.

 


20170415_180510

Notre temps si prĂ©cieux est sauvegardĂ©. Notre santĂ© s’amĂ©liore. Nous nous concentrons sur l’essentiel. Nous sommes plus proches des ĂȘtres aimĂ©s. Notre vision du monde change. MalgrĂ© nos soucis et les alĂ©as de la vie, notre esprit, le moteur de l’ñme, renoue avec l’optimisme, la clartĂ©, l’envie.

Simplifier votre monde vous ouvrira la porte à une vie magnifique, plus proche des considérations de la nature et de sa survie. Par le moins et mieux consommer.

Seulement 32 000 jours. C’est notre banque de temps (optimiste). Cherchons l’essentiel. La vie est courte.

Je terminerai par cette citation de Eminescu, poĂšte roumain: « La vie est un bien perdu pour celui qui ne l’a pas vĂ©cue comme il l’aurait voulu ».

Moins et mieux, vers la simplicité et la vraie richesse.

 

 

banniÚre-articles-invités

 

3 commentaires

  1. severine

    j’adore ta phrase « Seulement 32 000 jours. C’est notre banque de temps (optimiste).
    Cherchons l’essentiel.
    La vie est courte. »
    perso j’adore la tĂ©lĂ©, plus comme un Ă©cran que en tant que telle…et dormir au sol impossible, c’est d’ailleurs aprĂšs 1 an comme cela suite Ă  un dĂ©mĂ©nagement et pas racheter de lit tout de suite, que j’ai eu une sciatique avec des graves complications…maintenant mon lit est trĂšs haut ! 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

w

Connexion Ă  %s