J’ai des passions polluantes et je le vis bien #2 : Le tatouage !

Hello le cactus !

Vous vous souvenez de mon premier article sur mes passions polluante ? C’était plutôt gentillet, quelques feuilles de papier à recycler, pour une passion facilement compréhensible.

Je passe au niveau supérieur avec cette passion qui, elle, est beaucoup plus polluante, déjà, et qui peut en diviser plus d’un mais qui me fait vraiment plaisir (et qui peut virer à l’obsession même), j’ai nommé, le tatouage !

Pourquoi c’est polluant ?

Il suffit d’aller se faire tatouer ne serait-ce qu’une seule fois, même un tout petit motif, pour s’apercevoir du gâchis que ça représente : par mesure d’hygiène (absolument nécessaire, attention !!), le tatoueur doit protéger tout son matériel avec du cellophane, utiliser des aiguilles à usage unique, des gants à usages uniques, des pots d’encre à usage unique et beaucoup de sopalin. Alors ajoutez  ça l’engouement ces dernières années autour du tatouage et le nombre de tatoués qui augmente…

PAS ZD DU TOUT !

Pourquoi j’aime quand même ?

J’aime quand même pour les mêmes raisons que je dessine : j’aime l’art sous toutes ses formes, j’admire de nombreux artistes et les tatoueurs en font très largement partie. Si j’étais propriétaire d’une maison ou d’un appartement avec l’idée de rester un moment au même endroit, j’achèterais surement des sérigraphies, reproductions, posters (oui, je n’ai pas vraiment les moyens de m’acheter des tableaux…) pour les avoir sous les yeux au quotidien. Mais ce n’est pas le cas. L’idée donc de me faire tatouer est d’avoir l’oeuvre d’un artiste sur moi. De pouvoir l’observer et de le voir évoluer avec le temps. D’ailleurs, j’en ai un que je ne vois pas trop par son emplacement, j’oublie son existence donc j’ai eu besoin d’en avoir un que je puisse voir tout le temps.

Au delà de ça, parce qu’il s’agit tout de même de se faire injecter de l’encre sous la peau, j’aime l’acte, le moment du tatouage. Il y a un truc dans le fait de se faire tatouer qui m’électrise et me donne sans cesse envie d’y retourner. Comprenne qui pourra (ceux qui sont déjà passés sous les aiguilles sûrement).

Pourquoi j’assume et comment je m’arrange avec ma conscience ?

J’assume déjà parce que je suis persuadée que nous avons besoin de futile. Nous ne pouvons pas faire uniquement des choses utiles, sinon, nous pourrions manger le même plat tous les jours (pourvu qu’il soit équilibré), avoir 2 fois la même tenue et s’en contenter, ne plus faire de sport ou uniquement du footing (ce qu’il y a de plus minimaliste), ne plus écouter de musique, ne plus regarder de films… j’exagère volontairement mais le tatouage ne sert ni plus ni moins que d’aimer cuisiner ou lire.

Et si j’essaie au quotidien de générer le moins de déchets possibles, forcément, ceux produits par le tatouage me titillent, mais disons que je m’arrange avec ma conscience par quelques subterfuges.

Déjà, je ne me fais pas tatouer tous les deux jours. Je l’ai fait il y a 8 ans puis 3 fois ces deux dernières années. J’aimerais bien y retourner 2 fois d’ici décembre. Ce n’est pas comme si je laissais volontairement ma voiture tourner 8h par jour. Mais ce n’est pas parce que c’est moins pire que c’est bien.

En revanche, j’ai constaté quelque chose d’intéressant depuis que que j’ai un tatouage visible : je consomme beaucoup moins de fringues et de cosmétiques ! Et quand je dis beaucoup moins, c’est après avoir passé presque 10 ans à changer de coupe de cheveux et de couleur de cheveux tous les mois (ni bio, ni ZD, ni mini), me maquiller tous les jours et acheter tous les mois des nouveaux cosmétiques (fonds de teint, mascaras, eye-liners, fards, blushs, vernis à ongles, rouges à lèvres…), acheter aussi des tonnes fringues parce que j’en avais « besoin »… je ressens beaucoup moins cette envie.

Je ne me maquille quasiment plus, je me contente d’un mascara que j’ai depuis presque 1 an et d’un eye-liner. J’ai toujours un faible pour les vernis à ongles mais je me soignerai quand ils seront finis (j’en ai encore une quinzaine…), en tout cas je n’en achète plus de nouveaux.

Et les fringues, quelle révolution ! Je me contente de basiques et de quelques pièces originales mais comme j’ai la sensation que mon tatouage constitue déjà quelque chose d’original, je ne me focalise plus du tout sur le fait d’avoir un « style » vestimentaire (ce qui m’obsédait auparavant).

Idem pour mes cheveux qui sont naturels depuis plus d’un an et je vais chez le coiffeur une à deux fois par an. Je ne ressens plus le besoin de changer de tête à tout va !

Je me contente beaucoup plus au naturel…

Pour conclure, certes, cette passion est polluante, mais à côté de ça, j’ai réduit plus de 10 fois les déchets que je produisais en cosmétiques/ vêtements/ colorations chimiques. Et le tatouage me paraît être un domaine bien plus noble car artistique que d’acheter des fards à paupières chez Loréol pour ne pas le nommer. Du coup, comme j’achète moins, je tente d’acheter mieux, en me tournant vers du fait maison ou des marques éthiques (pour être honnête j’en suis encore à terminer les produits qu’il me reste mais ce que je devrais racheter je le rachèterai chez des marques responsables, bio ou made in france)(sauf que comme je les utilise moins, je mets beaucoup plus de temps à les terminer, c’est pas plus mal !).

Pour aller plus loin, il y a également moyen de choisir des tatoueurs qui font attention à ce qu’ils utilisent puisqu’il existe des tatoueurs vegans ! Encres non testées sur des animaux et qui ne soient pas d’origine animale, soins vegans, tout pour alléger l’impact écologique dû au tatouage.

Et c’est le cas de ma dernière tatoueuse !

Et vous, bande de pollueurs ? Vous avez des passions honteuses ?

 

bannière-marine

5 commentaires

  1. Julie de Écolorée.com

    Hello !
    C’est super cool de témoigner sur nos « côtés obscures », montrer que l’on a beau être écolo, on est pas parfaits 🙂
    Personnellement les tatouages aussi sont ma faiblesse mais plus encore…la bouffe a emporté. Alors oui on peut avoir son tupperware mais 90% du temps ce n’est pas prévu et donc il n’est pas possible de demandé dans un tupperware 😦 J’aimerai tellement qu’il y ait des consignes sur la bouffe a emporté…
    C’est bien les seuls déchets non recyclable que je génère donc je me dis que ça va encore ^^

    Bonne journée !

    Julie de Écolorée.com

    Aimé par 1 personne

    1. Bulles de Cactus

      Réponse un peu tardive… « c’est les vacances »^^
      Je suis tout à fait d’accord pour les restes au resto. Dans beaucoup de pays ça se fait, c’est quand même dingue qu’en france ce soit mal vu et que les gens préfèrent gâcher…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s