Le point de vue de… Anne Sophie !

BONJOUR LES CACTUS

 

Aujourd’hui c’est Anne Sophie qui répond à nos questions.


1/ Bonjour Anne-Sophie, qui es-tu ?

​Je suis une bientôt quadra avec de jolies rides, maman de 2 jeunes garçons (de vrais beaux gosses mais je manque cruellement d’objectivité), j’habite en région parisienne mais je rêve d’ailleurs, je travaille dans une entreprise qui offre des fruits toutes les semaines à ses salariés, et je suis une passionnée de photographie.

2/ Le zéro-déchet, ça te parle ?

​Oui, ça me parle, ça m’attire, ça me fait rêver mais ça ne va pas plus loin. J’ai l’impression que c’est un mode de vie inaccessible parce que ça demande de changer mon quotidien, mes habitudes, ma zone de confort et ça me paraît insurmontable avec ma vie actuelle. Ça demande du temps et je ne le prends pas car il est occupé par d’autres intérêts.

3/ Le Bio, c’est du blabla ou un critère imparable ? Et le naturel, à fond ou à reculons ?

​Pour le Bio, ni l’un ni l’autre. J’ai envie de croire que de manger bio est meilleur pour la santé mais je ne suis pas dupe : le 100% bio n’existe pas. On peut s’en rapprocher mais même si on cultive quelques fruits et légumes bio dans son jardin, il n’en reste pas moins que les sols et les eaux sont pollués. Et puis, derrière les labels bio se cache un marché très porteur donc nous ne sommes pas à l’abri d’escroqueries. Donc le bio pour moi est un critère important dans ma façon de consommer (ce n’est donc ​pas du blabla). Je me dis que ça peut limiter la casse. Mais je reste lucide.

Quant au naturel, c’est très attirant, surtout lorsque l’on voit tous les produits chimiques qui composent nombre de produits dans les rayons des supermarchés. Je regarde beaucoup sur internet les « recettes de grand-mères » pour faire sa propre lessive, son dentifrice, ses produits ménagers mais je ne me libère pas de temps pour ça. Par fainéantise, sans nul doute 😉 Les habitudes de consommation ont la vie dure!

4/ Que fais-tu pour l’environnement au quotidien ?

Je ne suis pas un bon exemple. Mes (petites) actions sont fluctuantes. Un coup je vais demander aux enfants (et à mon mari) de fermer le robinet quand ils se lavent les dents et après je vais laisser couler l’eau de la douche… J’essaie de trier un maximum mes déchets mais si la poubelle est trop chargée, je fais des impasses. De temps en temps, quand j’ai un regain de motivation, je mets les déchets végétaux de côté, soit pour les poules de ma voisine, soit pour le composteur mais la plupart du temps, la flemme me reprend et il est plus facile de tout jeter à la poubelle.
Dernièrement, j’ai installé le navigateur Lilo par défaut sur mon PC (et j’ai proposé à l’entreprise où je travaille de faire la même chose). Il compense la consommation de carbone liée aux recherches sur internet (ah, c’est que ça consomme beaucoup d’énergie de surfer sur internet, si, si !) et permet de financer (un peu) des projets environnementaux et sociaux. J’ai envoyé mes 1ères « gouttes » (un clic = une goutte d’eau) à une association pour la défense de la vie marine.

5/ Quand et comment ça t’es venu ?

​La réelle prise de conscience est venue lors de la 1ère grossesse. Tu as cet instinct de protection qui te vient. Ça commence par la nourriture qui est de plus en plus bio. Tu te poses des questions sur les couches : jetables ou lavables ? Les crèmes pour les enfants, les shampoings. Et puis, quant ton fils de 8 ans revient de l’école en te parlant écologie, ça amène à réfléchir aussi.

6/ Tu le fais pour ton bien-être ou pour la planète ?

​ »Les deux mon capitaine ». Ce qui va à l’un va à l’autre. ​

7/ Que penses-tu de ces mouvements qui se mettent en place petit à petit (effets de mode du bio, du retour au naturel, diminution des déchets, minimalisme, etc.) ?

 

​C’est top ! J’admire les gens qui atteignent le stade du zéro déchet ou qui parviennent à vivre en auto-suffisance​. lls ont une réelle volonté de faire bouger les choses et ça commence par leur mode de vie. Je garde espoir que mes réflexions m’amènent un jour aux actions. Mais on n’y est pas encore…

 

 8/ Une bonne résolution écolo-bio-etcetera que tu souhaites prendre mais que tu repousses ? Qu’est ce qui est si difficile dans ce changement à faire ?

​Devenir végétarienne serait un 1er pas puis parvenir au 0 déchets le 2ème ! Ça serait top, non ?
​J’ai essayé de ne plus manger de viande mais :
1) ​je n’arrive pas à m’en passer (la seule chose que j’ai réussi à faire, et ça en a fait sourire plus d’un-e, c’est d’arrêter de manger les bébés – le veau et l’agneau donc),
2) ça me paraît insurmontable de changer mes habitudes culinaires. Je n’aime pas cuisiner, j’ai du mal à cuisiner des nouvelles choses et faire manger mes enfants est déjà assez difficile donc sans viande, c’est la fin du monde !

Pour le 0 déchets, j’avais commencer par réutiliser des sacs en papier quand j’allais chez le primeur bio. Mais ça, c’était avant. Quand j’étais en congé maternité et que j’avais……du temps ! Pour le reste des aliments, j’aimerais bien les acheter en vrac et les ranger dans de jolies boîtes chez moi mais je fais mes courses sur le Drive. Je n’ai pas encore trouvé la solution pour concilier Drive et 0 déchets.

9/ La question qui fâche : vegan, végé, omni (ou autres) ? Et pourquoi ?

​Pourquoi fâche-t-elle cette question ? 🙂
J’aimerais être végétarienne mais je n’en ai pas la volonté. Vegan, il ne faut pas pousser quand même. Je pense qu’on peut manger des œufs et boire du lait de temps en temps. Là où ça pose problème c’est la surexploitation : les poules pondeuses qui ne voient jamais le jour, les poussins mâles qui sont noyés ou broyés vifs à la naissance, les veaux séparés de leur mère, les vaches qui sont des usines sur pattes et qui finissent en steak haché après quelques années de dur labeur.

10/ Merci de nous avoir partagé ton avis de petit cactus, un diy facile à nous faire partager avant de partir ?

Récupérez ​les peaux de citrons et mettez-les dans votre lave-vaisselle (à retirer après 1 ou 2 lavages). Ça dégage une super odeur et c’est naturel.

 

bannière-articles-invités
Publicités

Une réflexion sur “Le point de vue de… Anne Sophie !

  1. Je me retrouve beaucoup dans les réponses données par Anne-Sophie. Pour rebondir sur la question 9, je suis convaincue qu’il y aurait matière à réfléchir pour davantage de bien-être des animaux destinés à notre consommation.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s