3 avis sur les cadeaux de noël

Bonjour les Cactus!

C’est bientôt Noël, la période des chocolats chauds, des repas en famille… Et les cadeaux dans tout ça ?

Sandrine:

Je trouve que Noel est un bouffe fric ! C’est tellement devenu une fête commerciale qu’on en a oublié les valeurs par moment.
Plus les années passent plus je limite mes cadeaux à une somme. Par exemple 30€ / Personne. Si un cadeau m’est revenu à 10 € ça me laisse une marge pour un cadeau qui vaut un peu plus cher pour quelqu’un d’autre. Je me limite ! Et ce n’est pas une question de radinerie ou autre, mais plutôt de bon sens. Noël C’est un moment de partage en famille ou entre amis, pas le moment de liquider son PEL.

De plus en plus mes cadeaux sont devenus faits maison. Par exemple des savons, des bougies. J’y passe du temps, et j’y prend plaisir, c’est plus sympa que d’aller perdre son temps dans les magasins. Je passe beaucoup de temps à imaginer, créer, réaliser. J’y met du coeur et pas seulement ma CB.

Pour ce qui est des cadeaux que je reçois, je préfère un cadeau à ZERO € mais qui a du sens, plutôt qu’un cadeau à 50/100€ juste pour me faire un cadeau inutile.

Laura :

c’est toujours un plaisir que d’offrir et noël reste une occasion de plus pour offrir. Pendant très longtemps j’ai toujours cru qu’offrir c’était dépenser sans compter, que plus le cadeau était gros, plus il ferait plaisir, ou commander quelque chose qui semble faire plaisir, mais plutôt impersonnel.

J’aime noël pour ce moment de partage, ce sourire sur les visages, le plaisir de recevoir, de découvrir comme chacun nous perçoit derrière un objet.

Pour la première fois, à noël dernier j’ai fait mes cadeaux personnalisés

Marine : 

J’adore faire des cadeaux, des petites attentions, trouver LA chose qui fera plaisir à la personne… je ne dis pas que je réussis toujours ! En revanche, c’est une plaie de DEVOIR absolument trouver quelque chose si on a pas de pistes et je déteste faire des cadeaux impersonnels.

Ces dernières années dans ma famille on a décidé de faire tous un seul cadeau et de les tirer au sort. J’aime beaucoup le concept car finalement ce n’est plus un cadeau qu’on choisi pour quelqu’un de précis mais au contraire, un peu de soi qu’on offre à celui qui tombe dessus ! Et j’adore aussi recevoir quelque chose qui représente la personne qui offre. J’aime les cadeaux qui ont une valeur sentimentale, ceux qu’on a pris le soin de choisir même si ce sont de toutes petites choses.

Et vous quel est votre avis sur les cadeaux de Noël ? 

 

bannière-3-avis-sur

Publicités

3 avis sur… les shampoings industriels

Bonjour les Cactus à cheveux !

Cette semaine nous vous donnons notre avis sur les shampoings industriels, et vous qu’est-ce que vous utilisez ?


Laura :

Aïe Aïe Aïe ! Bah que dire à ce sujet, mis à part que je suis toujours au shampoing liquide accompagné de tout ces produits chimiques qui le composent. J’attends toujours que Sandrine veuille bien m’en faire un ! Non, trêve de plaisanteries, effectivement j’utilise toujours le shampoing liquide INDUSTRIEL. Mais je pense que je vais me renseigner sur un DIY shampoing liquide et/ou solide. A vrai dire le solide, j’ai peur de m’emmêler les cheveux du coup je suis réticente et puis quand bien même j’en viens à faire mon propre shampoing, j’aurai toujours mon démêlant industriel…..

Sandrine :

J’utilise depuis un an tout pile un shampoing solide que je réalise moi même avec des recettes trouvées sur Aromazone dans un premier temps, et d’autres que j’ai arrangées à ma sauce de mon coté. Avant j’utilisais des shampoings achetés en grande surface comme la plupart du monde je pense. J’en utilisais beaucoup ! Et oui, quand on a les cheveux longs c’est pas possible de se laver les cheveux avec « une noisette ». Alors la poubelle se remplissait beaucoup de bouteilles vides. Aujourd’hui ma poubelle ne se remplit plus, et mon esprit est plus tranquille… Pourquoi ? Parce que je sais avec quoi je me lave les cheveux, et je ne perds plus de temps en magasin à lire les étiquettes et maintenant à vider mes poubelles !

Marine :

Je n’arrive pas à passer ce cap ! J’ai beaucoup de mal à trouver les produits qu’il me faut pour mes cheveux et après quelques tests j’avais trouvé un shampoing industriel d’une marque bio et naturelle qui me convenait. Mais en venant en Guyane je ne l’ai plus trouvé et les marques bios sont extrêmement chères chez moi. La solution serait de le fabriquer moi-même mais n’ayant pas les ingrédients sous la main je repousse. J’aimerais déjà en trouver un solide, c’est ma prochaine étape en retournant en métropole !

 

bannière-3-avis-sur

 

3 avis sur… les fruits & légumes hors saisons

Hello les Cactus !

Cette semaine nous nous penchons sur un sujet qui nous concerne tous, les fruits et légumes hors saisons !

Et vous ? Qu’est ce que vous en pensez ?


 

Laura :

Encore un sujet auquel il y a plus d’un an, je ne prêtais pas attention. Depuis avril, j’ai pris la décision de manger 90% de fruits et légumes de saison. J’ai imprimé ma liste des produits de saison pour mieux m’y retrouver et cela me permets de varier plus facilement et de découvrir de nouveaux produits. Je vais également à la ferme et là je suis sûre de n’avoir que des produits de saison !!!

« Hors saison » signifie qu’ils sont importés, pollution via le carburant utilisé pour le transport ou produits traités pour accélérer la maturation ou la conservation. Alors non ! ( enfin exceptionnellement :/ )

Sandrine :

Depuis plus d’un an nous ne consommons à la maison que des fruits et légumes de saisons. Ce n’était pas une chose à laquelle je faisais attention avant. Un fruit en hiver, c’était normal pour moi, si j’avais envie de fraises je n’avais qu’à me servir sans me poser de questions. Lorsque ma démarche s’est étendue à ma cuisine, j’ai compris qu’il y avait des saisons, et qu’une fraise en décembre ce n’est pas normal.
Alors maintenant je ne consomme que français, et de saison. Autant vous dire que se priver d’une bonne moussaka en hiver c’est de la torture, mais au moins lorsque les aubergines reviennent doucement sur les étals accompagnées du soleil qui va avec, je les apprécie d’autant plus !

Marine :

Avant de venir en Guyane on allait chercher notre panier de légumes chez un maraîcher bio à côté de chez nous et c’était top ! On complétait avec des fruits du supermarché et on faisait en sorte que ce soit des fruits de saison. En Guyane il y a une telle variété de fruits et de légumes locaux que c’est forcément de saison au marché. On voit tout de suite le prix augmenter lorsqu’on arrive en fin de saison et que les fruits se font rares. Et on est super contents quand ils réapparaissent 6 mois plus tard sur les étals ! … Enfin, ça, c’était avant que l’on découvre que ces fruits et légumes viennent en majorité du Suriname où les pesticides utilisés sont ceux interdits par l’UE… depuis, c’est rayon bio au supermarché, donc principalement des bocaux et conserves. Il n’y a pas d’agriculteurs bios chez moi. Il faudra que je vous fasse un article là dessus (je manque de sources pour le moment).

 

bannière-3-avis-sur

 

3 avis sur… le maquillage !

Hello les Cactus.

 

Aujourd’hui nous vous donnons notre avis sur le maquillage. En 2017 est ce que le maquillage est enfin GREEN ? Qu’est ce qu’il nous apporte ?…

Laura :

Sujet tendancieux ! Une femme = prendre soin d’elle = se maquiller/s’apprêter. Je me maquille comme la majorité des femmes mais pourquoi ? Simplement parce que JE N’AI PAS UNE PEAU QUI ME PERMET DE RESTER AU NATUREL. Si c’était le cas, la question ne se poserait pas, je ne mettrais pas de maquillage et par conséquent pas de problèmes de produits chimiques mis sur mon visage. C’est donc un cercle vicieux, je pense que de mettre par exemple du fond de teint N’EST PAS BON POUR LA PEAU. Car elle ne respire pas et les produits qu’il contient n’en parlons pas ! J’aime m’essayer au DIY divers mais j’avoue que sur le maquillage je ne me sens pas encore prête et je pense que cela prends beaucoup plus de temps qu’une simple crème et que c’est d’une durée de vie minime. Alors, pour l’instant je n’ai pas entamé cette démarche mais par la suite j’aimerais m’essayer au maquillage produit par des marques dans un premier temps cruelty free et si cela existe, le plus bio et naturel possible.

A méditer…

Sandrine :

Je me maquille régulièrement, c’est une habitude que j’ai prise depuis l’âge de 18 ans, pourquoi ? Parce que JE ME TROUVE PLUS JOLIE avec un jolie trait d’eye-liners. Ou encore avec un peu de fard à paupière ou du mascara. Je le fais pour MOI.
Par contre, OUT LE MAQUILLAGE le dimanche et pendant les vacances ! Mes yeux sont aussi en week-end ou en vacances !
J’utilise seulement : crayon, fard à paupière, eye-liners et mascara. Une fois de temps en temps du crayon à lèvres et c’est tout.
J’ai essayé du maquillage d’une marque naturelle et bio et pas convaincue par la tenue. Bio et naturel OK, mais si c’est pour avoir une tête de fin de soirée dès 10h du matin non merci. Alors j’ai testé mes cosmétiques sur « LA VERITÉ SUR LES COSMETIQUES » et le résultat n’était pas si mauvais que ça. Alors je continue à utiliser le mien en attendant d’en trouver un de meilleur qualité.

Marine :

Ado j’avais super envie de me maquiller, je tannais mes parents puis j’ai fini par pouvoir me maquiller les yeux au lycée, je mettais aussi du rouge à lèvre parfois, j’adorais déjà ! Puis j’ai toujours eu une peau un peu imparfaite donc à la fac j’ai sauté le pas du fond de teint (ce que je trouvais improbable avant). Et là, ÇA A ÉTÉ L’ESCALADE. Ajoutons à ça que je suivais certaines youtubeuses, comme Coline, que j’aime toujours beaucoup mais alors qu’elle te présente un maquillage de soirée, qui est censé être exceptionnel, tu te retrouves le matin à t’appliquer 36 couches de base de teint/ fond de teint/ correcteur/ enlumineur/ poudre soleil… Autant dire qu’en surface ma peau paraissait mieux mais en dessous… au secours ! Sauf que le cercle vicieux était en marche et qu’il était devenu impossible pour moi de mettre le nez dehors sans rien. J’ai quand même fini par trouver ça ridicule et alléger drastiquement mon maquillage pour fond de teint + blush + mascara au quotidien. Parfois un maquillage des yeux plus approfondi ou du rouge à lèvre parce que ça me faisait plaisir (donc pour moi), le reste était obligatoire (pour le regard des autres).
Puis il y a eu l’arrivée en Guyane : je ne vous fait pas un dessin, par 35 degrés et sous 90% d’humidité ambiante, LE FOND DE TEINT, ON OUBLIE ! Et là, déclic dans ma tête, j’ai des hormones qui me pourrissent la peau une semaine dans le mois, c’est comme ça ma petite dame ! donc autant l’assumer. Et ce qui change la vie ici aussi c’est que personne n’arrive à se maquiller sous ce climat, donc on est toutes logées à la même enseigne, et là, tu t’aperçois tout simplement que tu n’es pas la seule ! Miracle !
Du coup je ne me maquille plus du tout la peau, mais parfois, quand j’en ai envie, je mets de l’eye liner ou du rouge à lèvre. Quand je vais pour prendre mon mascara je me demande si je le fais pour moi ou pour les autres. Si je me dis que j’ai un peu la flemme ou que je n’ai pas le temps, je ne le fais pas. Si j’ai vraiment envie de me maquiller, je sais que c’est pour moi. Parfois JE ME METS DE L’EYE LINER ALORS QUE JE PASSE LA JOURNÉE CHEZ MOI, c’est purement esthétique, j’aime bien l’appliquer et me voir avec cette tête.
Je pense que j’ai fait une overdose de fond de teint, je ne supporte plus. Les vidéos de youtubeuses avec leurs 36 couches de produits (c’est moi ou c’est de pire en pire ?) me dégoutent complètement. Parfois si j’ai un bouton disgracieux je mets une touche de correcteur et c’est tout. Et je peux vous dire que j’ai l’impression de revenir de très très loin !

Pour tester ses cosmétiques : https://laveritesurlescosmetiques.com/recherche-inci.php

Une vidéo intéressante sur notre rapport au maquillage :

Et vous, sur une échelle d’Alicia Keys à Marilyn Manson, vous vous situez où ?

*PS : J’ai voulu trouver un lien pour expliquer à ceux qui ne comprendraient pas la référence à Alicia Keys (elle avait annoncé arrêter de se maquiller lors de ses apparitions publiques pour ne plus se plier aux diktats des tapis rouges). Je n’ai pas trouvé un seul article qui ne soit pas critique envers elle, soit parce qu’elle n’a pas vraiment arrêté de se maquiller, soit parce que c’est « abusé de ne plus se maquiller« , bref, la pression sur les femmes a encore de beaux jours devant elle (y compris une pression des femmes sur les femmes à travers les magazines féminins). Maquillez vous, ne vous maquillez pas mais faites-le pour vous !

 

 

bannière-3-avis-sur

3 avis sur… les nouvelles technologies !

Hello les Cactus.

Les nouvelles technologies ? Qu’est ce qu’on en pense nous ? Téléphone, Cloud, iPod…


Sandrine :

À chacun sa vision sur le sujet, je pense que c’est générationnel.
Je baigne dedans depuis mon adolescence sans vraiment en être fan. J’ai toujours le même iPod depuis 10 ans qui fonctionne toujours, et je n’ai pas prévu d’en racheter un !
Au fond je n’en vois pas l’intérêt. Ou alors c’est que je n’en ai pas l’utilité.
Mon dernier achat au niveau technologique est une montre pour le sport. Mon premier réflexe était de trouver comment NE PAS RECEVOIR les notifications dessus !
Je suis pour les nouvelles technologies si c’est « nécessaire ou si ça a une réelle utilité ». Mais il faut faire attention à ne pas en dépendre sans même s’en rendre compte…

 

Laura :

Nouvelles technologies… j’ai un avis mitigé à ce sujet. Je suis rapidement larguée à ce sujet, car je m’y intéresse peu. Nouvelles technologies rime pour moi avec nouveaux gadgets même si gadget me paraît être un mot à consonance négative. Le prochain « gadget » que j’utiliserai sera sûrement la domotique, mais parce que cela me semble pratique quand l’on part et que l’on ne sait pas si l’on a bien éteint la lumière ou un radiateur programmable (ce n’est pas récent mais ça fait partie des nouvelles technologies). D’un point de vue écologique cette nouveauté me semble utile et c’est pour ça que je m’en servirai.

Mais ce mot me fait aussi énormément penser à la robotisation et c’est là où ça me pose problème. Quand je vois les robots qu’ils arrivent à créer cela me fait peur. L’être humain est amené à être remplacé dans divers domaines, c’est déjà le cas dans l’industrie automobile, du textile, de l’alimentation. BREF ! Dans l’industrie! Dans ce secteur l’Homme est remplacé par les robots.

Ou encore l’automatisation des  caisses dans les supermarchés/hypermarchés. Je pars peut être loin dans mon idée mais à mon sens c’est une évolution technologique.

 

Marine :

J’ai toujours été fascinée par les avancées technologiques et scientifiques. Pourtant je suis loin d’acheter tout ce qui sort, je n’ai jamais eu de téléphone portable à plus de 100€. Disons que j’ai une consommation modérée en terme d’achats. Un smartphone correct, un très bon ordinateur, et, récemment j’ai investi dans un très bon appareil photo mais parce que je me sers de tout ça quotidiennement ou presque.

En revanche, en terme de temps, j’ai une consommation qui dépasse l’entendement ! Je passe ma journée sur l’ordinateur et le téléphone : pour contacter famille et amis avec la distance mais surtout pour le travail et pour mes loisirs aussi. Je dessine sur tablette graphique, je traite mes photos, travaille sur ce blog, sur mon blog perso et les réseaux sociaux qui me permettent de diffuser mes illustrations, internet me permet de travailler à distance depuis la Guyane. Aussi, depuis que nous n’avons plus de télévision, nous regardons des séries sur Netflix, encore une occasion d’utiliser l’ordinateur !

Si j’essaie de faire des pauses pour décoller les yeux de l’écran, cette consommation ne m’inquiète pas plus que ça. Internet donne accès à tellement de savoir, de tutoriels pour progresser sur tout et n’importe quoi, permet d’échanger avec n’importe qui. Dans une démarche minimaliste que j’ai entreprise depuis mon dernier déménagement, c’est ce qui nous a permis de partir avec trois fois rien. Nous n’avons plus de bibliothèque mais chacun une liseuse, je n’ai quasiment plus de matériel de dessin, il tient dans une grande trousse. Toute la musique est stockée depuis des années sur l’ordinateur. Nos disques durs sont nos biens les plus précieux ! ^^

Paradoxalement, je suis capable de sortir une journée entière sans regarder mon téléphone une seule fois du moment que je suis avec quelqu’un. Même si en vacances, j’aime bien pouvoir me connecter au moins quelques minutes par jour, pour me sentir proche de ceux qui sont loin… !

 

bannière-3-avis-sur

3 avis sur la télévision

Hello les Cactus.

Aujourd’hui on vous donne notre avis sur la télévision

Sandrine :

Chez mes parents, lorsque j’étais petite on avait la télé constamment allumée ! Je n’ai pas le souvenir d’avoir été accro au petit écran pour autant.
Du haut de mes 27 ans, j’aimerais m’en séparer définitivement et juste garder notre projecteur pour les films et séries.
La télévision a le pouvoir magique de te faire perdre ton temps ! C’est dingue le nombre d’heures perdues devant cette boite noire & vide de fond.
Je ne vais pas cracher dans la soupe non plus, il m’arrive de regarder des émissions bonnes ou mauvaises. Mais à chaque fois c’est la même chose, on ne fait rien de vraiment constructif en la regardant. On ne discute plus au cours du diner si la télé est allumée, ou encore comment se raconter sa journée avec un défilement d’images qui détourne notre concentration !
Mon conseil : si vous tenez à la garder, n’allumez la télé que lorsque vous aurez fini tout ce que vous avez à faire !

 

Laura :

Je peux ne pas allumer la télé de la journée et le peu de fois où elle est allumée, j’avoue que je l’écoute à peine. Ma nouvelle télé , c’est mon téléphone mais ma nouvelle chaine surtout c’est Youtube. Je peux presque passer autant de temps sur Youtube qu’une personne lambda devant  sa télé.

L’avantage que j’y trouve, c’est que je choisis ce que je veux regarder, je peux faire avance rapide quand le passage ne me plait pas, il n’y a pas de rediff à gogo et tous les sujets sont abordés. Après c’est comme la télé, il y a des choses hyper intéressantes , comme il peut y avoir de réelles idioties.

 

Marine :

Petite, la télé n’était pas souvent allumée, mes parents nous laissaient voir quelques émissions, films ou séries, c’était choisi et assez contrôlé. Puis quand j’ai emménagé, les matinées où j’étais seule j’ai commencé à mettre machinalement la télé, pour faire le ménage, ou avoir un fond sonore, ou « juste pour voir cette émission, par curiosité parce que tout le monde en parle ». Mais je me retrouvais à bloquer sur des émissions sans intérêt pendant des heures, réduisant en miettes ma productivité sur ce que j’étais censée faire en même temps. Puis j’ai commencé à me donner des temps pour regarder des émissions que j’aimais bien mais en replay, sur internet. Une fois terminé (mon petit dej par exemple), je pouvais passer à autre chose sans être happée par l’émission suivante.

Puis nous avons eu Netflix. C’est arrivé comme le messie ah ah ! Et depuis à peu près 4 ans nous n’avons plus regardé la télé. Nous avons Netflix pour les films et les séries et internet pour d’éventuelles rediffs d’émissions télé. Jusqu’à notre arrivée en Guyane où nous n’avons même pas acheté de télé. Nous avons notre vidéo projecteur et un mur clair, c’est parfait !

Après je ne vais pas me la jouer « mépris de la télé, de la nullité de son contenu et de la perte de temps qu’elle nous inflige ». Certes je ne perds plus de temps avec la télé mais j’en perds aussi sur youtube, facebook, instagram, pinterest… et internet en général. Simplement j’ai l’impression de contrôler un peu mieux les contenus que je visionne. Et il y a également de très bons contenus à la télévision mais ce que je n’aime pas c’est l’idée de devoir tout arrêter pour être à un moment T devant son poste. Internet permet de profiter de ces émissions quand on veut et plus seulement au moment de sa diffusion et redonne un peu de contrôle sur le déroulement de sa journée.

Parce que Les enquêtes impossibles à 11h du mat’, on va pas se mentir, c’est pas pratique pour la productivité !

 

bannière-3-avis-sur

3 avis sur… les fringues !

Hello les Cactus Sappeurs ! 

Aujourd’hui on vous donne notre avis sur notre consommation de fringue !

Sandrine :

Hoo my God ! Un sujet qui fâche ! J’ai travaillé 3 ans dans une boutique de fringues, j’en consommais à la pelle, j’étais sur place avec ma carte -30%, j’achetais beaucoup !

Maintenant que je ne suis plus en possession de cette carte magique et que ma vision sur la consommation a changée je ne consomme plus du tout comme avant.
Pour faire les magasins je dois prendre la voiture obligatoirement ou alors faire un détour sur mon trajet du boulot, autant dire que maintenant si je veux en acheter il faut que ce soit nécessaire.
J’essaie d’acheter de qualité, et de manière réfléchie. En général j’achète et j’essaie tranquillement à la maison à tête reposée, loin du monde et de la musique à fond faite pour te pousser à consommer, et si ça ne va pas j’y retourne pour le rendre.

Prochaine étape acheter MADE IN FRANCE plus souvent, ou au moins plus du bout du monde.

 

Laura :

J’ai des vêtements à ne plus savoir qu’en faire. Souvent achetés sur un coup de tête pensant que ça va me plaire et finalement je n’arrive jamais à l’associer aux autres vêtements que j’ai. J’ai surtout des vêtements de différentes tailles à cause d’une période YOYO et du coup je n’arrive pas à me dire que je dois les bazarder. Même si il est évident que je ne les remettrai pas car ça fait 1 siècle que je ne les ai pas mis.

Bref, pour parler de l’achat en lui même, j’y vais pour un besoin précis. Je sais ce que je cherche et si je ne trouve rien, je n’achète rien d’autre. Ma consommation de vêtements se fait tout les 4 ou 6 mois, ça reste peu. Mais malgré tout, mon armoire se remplit mais ne se vide pas.

Prochaine étape ? Réussir à me séparer de tous mes vieux vêtements, en arrêtant de me dire « on sait jamais, si je re-rentre dedans ou si j’arrive à le mettre avec quelque chose ou tout simplement si j’ai envie de le remettre et que ça redevient à la mode ». D’ailleurs Marine nous en avait touché 2 mots sur son article Un dressing minimaliste au quotidien.

 

Marine :

« Victime de la mode… tel est son nom de code » chantait MC Solaar, question fringues, c’était pour moi.

Puis j’ai dû déménager de la région parisienne à la Guyane et me débarrasser de toutes mes fringues ou presque ! Je me suis moi-même écœurée du nombre de vêtements que je possédais en essayant de les vendre ou de les donner. Je ne mettais jamais la plupart car depuis un ou deux ans déjà j’utilisais ma technique du dressing minimaliste au boulot, cité au dessus par Laura. Ça ne m’empêchait pas d’avoir un dressing débordant et tout le temps « besoin » de nouveaux vêtements.

En Guyane, je n’achète quasiment plus rien, déjà parce que qu’il fait chaud tous les jours donc je tourne sur 3 shorts et une robe toute l’année et ensuite parce que je n’ai aucun magasin attirant par chez moi. Donc sans tentations, c’est bien facile !

En un an j’ai acheté un short, un pantalon, 2 chemisiers et une paire de chaussures de marche. Des vêtements dont j’avais besoin (pour de vrai!) et que je mets tout le temps !

Le vrai test sera de savoir si de retour dans une ville avec des magasins tentants je serais toujours aussi raisonnable… Mais je m’aperçois quand même qu’avec le temps, je sais ce qui me va, ce qui me plaît, je connais mes basiques et me laisse moins tenter par des choses simplement parce que c’est la mode.

Dans tous les cas, je privilégie les vêtements d’occasion (sur le site Vinted par exemple) et lorsque j’achète du neuf, je l’essaie en cabine et je dois répondre impérativement à ces 3 critères : 1/ me dire instantanément que le vêtement me va et me plaît 2/ ne rien avoir dans mon armoire qui y ressemble de près ou de loin 3/ que je puisse l’assortir avec la plupart de mes vêtements. Enfin, je me contorsionne dans tous les sens pour vérifier que je suis bien dedans. Si j’ai un doute ne serait-ce qu’une seconde, je repose l’article.

Dernière astuce mais pas des moindres : désabonnez-vous à toutes les newsletters fringues de votre boite mail !!!

 

 

Et vous ? Fashion victimes ou pragmatiques ?

 

bannière-3-avis-sur

 

3 avis sur les zoos

 

Hello les Cactus.

Aujourd’hui on vous donne notre avis sur les ZOO, qu’est ce que ca nous évoque, est ce qu’on est pour ou contre ?

 

Marine :

J’adore les zoos depuis toute petite simplement parce que j’adore les animaux, mais depuis une mauvaise expérience – à New York, des visiteurs qui hurlaient et tapaient aux vitres des gorilles qui avaient l’air complètement déprimés – je remets en question certains zoos qui sont davantage dans une logique mercantile et de tourisme que de protection. Ce n’est pas le cas du zoo de Cayenne, par exemple, où les animaux sont des animaux qui ont été trouvés blessés et qui ne pourraient pas survivre dans la nature. Certains sont soignés puis relâchés. Je suis aussi attentive aux tailles des cages et certains zoos me font mal au cœur, je pense qu’il faudrait davantage de vigilance et obliger les zoos à des missions de protection et de bien-être animal avant tout.

Je profite des vacances pour aborder les loisirs touristiques à l’étranger comme les tours à dos d’éléphants : souvent ces bêtes sont maltraitées et ce tourisme encourage ces pratiques. Donc certes, c’est tentant, mais c’est à boycotter, please !!

 

Laura :

Les zoos . . . Un sujet pour lequel je suis partagée.  J’adore les animaux et entre autres les félins.  Je les admire et ne me lasserais pas de les observer. C’est tout l’avantage du zoo lorsque l’on ne peut pas voyager dans leur pays d’origine et donc leur milieu naturel. 

Avant j’allais dans les zoos, mais en grandissant et en regardant certains reportage, je me suis aperçue de la tristesse des animaux, leur façon d’être entre ces 4 murs. On les voit sans cesse tourner en rond, la tête baissée et le regard vide. J’ai beaucoup de peine à les voir et c’est pour cela que j’ai décidé de ne plus retourner dans un zoo. En payant ma place, je contribue à cela.

Les seuls zoos qui pourraient me tenter ce sont ceux où ils sont en semi-liberté.

Sandrine :

J’adore les parcs animaliers, on y voit des animaux qu’on ne croiserait pas ici, en France. Mais à quel prix ? Une toute petite cage, ou un enclos pas assez grand, un voyage fatigant pour l’animal  ? Tout ça pour qu’on puisse en voir de près ?
J’adore découvrir, observer mais parfois cautionner les zoos, veut aussi dire être d’accord avec le fait qu’on prive l’animal de sa liberté, pour notre plaisir personnel. Alors que nous nous battons chaque jour pour garder la notre.

Les zoos, ou parcs qui accueillent des animaux en voie de disparition ou encore malades, blessés, est une très bonne chose. Mais en même temps il faut aussi se poser les bonnes questions, si ils sont en voie de disparition, est-ce qu’on n’y serait pas pour quelque chose ? Avant même de savoir si les zoos c’est bien ou non, il faudrait déjà réaliser qu’on les a privés de leur liberté dès le moment où nous avons empiété sur leurs territoires.

On ne peut pas mettre tout les zoos dans le même sacs, à nous de choisir lequel aller voir.


Et vous ? Vous allez au zoo ?

 

bannière-3-avis-sur

3 avis sur … ramener un souvenir de vacances.

Hello les Cactus.

 

Aujourd’hui on vous donne notre avis sur ramener un souvenir de vacances. Vous savez bien, ces petites bricoles qui ne coutent pas un sous…

Sandrine :

Qui ne s’est jamais baladé dans les rayons d’un magasin de souvenirs ?
Moi la première ! Et j’en ai perdu des heures (précieuses, pendant mes vacances) à chercher quoi ramener à qui.
Alors maintenant je reviens aux anciennes pratiques, exit les souvenirs, et je préfère envoyer une carte postale du pays, ou de la ville où je suis. Avec pourquoi pas un peu de sable si je suis à la plage par exemple. Je trouve ça plus sympa, et puis le moment où l’on se pose avec notre stylo et notre carte postale est vraiment un moment unique je trouve.

Et puis si c’est pour acheter un souvenir fabriqué en chine alors que le local a plus de richesse, je dis non !

 

Laura :

Souvenirs de vacances ? Euuuh ça ne m’arrive jamais. En tout cas, quand je suis en France, je ne vais jamais dans les boutiques de souvenirs. J’associe souvent ça à des attrapes-poussière parce que c’est toujours la même chose et ça peut être parfois très kitch à mon goût.  Je ne généralise pas, car je pense que l’on peut trouver des merveilles en allant chez des artisans et encore … dans une ville très côté même les artisans perdent de leur authenticité.

Par contre lorsque je pars dans un pays étranger, il peut m’arriver de ramener des cadeaux et parfois même d’envoyer des cartes mais j’avoue que ce n’est pas toujours le cas.  Il faut vraiment que l’objet ou autre me fasse penser à la personne, et que ça créé un coup de cœur.

Pour ce qui est du geste en lui même de « faire un cadeau de vacances » je trouve ça plutôt cool et justement par rapport à ce que je disais juste au dessus, c’est plutôt intéressant de voir à quoi les gens peuvent nous associer, comment ils nous perçoivent à travers un objet (quand c’est vraiment un objet en particulier pour chaque personne et pas un achat en « lot » distribué à son entourage).

 

Marine :

En général, je ne ramène pas de souvenirs pour les autres sauf si la destination est vraiment originale ou si je tombe sur quelque chose qui correspond parfaitement à la personne.

Pendant longtemps j’ai aimé m’acheter un petit souvenir à moi, genre porte-clef. Mais faut bien avouer que ça ne fait jamais long feu et que les babioles finissent par vite disparaître.

Lorsque je suis partie aux Etats-Unis j’ai eu envie de marquer le coup et donc de me ramener un souvenir qui pour le coup resterait longtemps : je me suis faite tatouer. J’ai adoré, j’avais repéré les tatoueurs en amont, j’étais allée les voir sur place et j’ai maintenant en souvenir cet après-midi là et mes vacances dès que je le regarde. Seul bémol : j’ai pris un après-midi entier pour aller voir les salons que j’avais repérés et un autre pour me faire tatouer. Faut donc avoir le temps de le caser. J’aimerais bien faire ça à chaque destination mais je le ferai si je trouve un tatoueur qui me plaît, je n’irai pas chez n’importe qui juste pour ramener un souvenir !

Et vous, vous allez ramener quoi cet été ?

bannière-sandrine