Bulles de Cactus c’est vous ! Et si vous participiez à l’aventure ?

Hello les cactus

Parce que ça fait plus d’un an que vous nous lisez et que vous êtes déjà plus de 500 à être abonné à notre blog, c’est naturellement que nos lectrices et lecteurs passent avant tout !
Nous avons besoin de votre avis, de vos suggestions, les contenus que vous aimeriez retrouver sur notre blog…

Nous vous avons concocté un questionnaire rien que pour vous !

À quel heure lis-tu nos articles ?
Quel(s) sujet(s) souhaites-tu voir sur notre blog ?

Sans titre.jpg

Alors, à vous de vous exprimer, nous sommes toutes ouïes !


Et si vous nous donniez votre point de vue ?

Vous connaissez déjà notre catégorie « le point de vue de …  » ?
Comme celui de Chrysostome ou encore celui de Rachelle qui nous expliquent comment ils vivent le Bio, le zéro déchet…
Vous nous inspirez et partager votre point de vue permet à ce blog de grandir encore un peu plus chaque jour.

Et si notre prochain point de vue c’était vous ?

Si l’aventure vous dit répondez au questionnaire en indiquant en bas du questionnaire si tu es pour ou contre et nous te recontacterons 😉

Nous serions très heureuses de vous avoir avec nous dans l’aventure bulles de Cactus !

 

Publicités

Fruits et légumes Français de saison : Janvier

panier fruit et légume de saison

Voici l’une de nos premières nouvelles catégories de cette année.

Nous avons décidé de vous partager les fruits et légumes de saison accompagné de recette pour vous inspirer chaque mois et cela vous permettra d’acheter de plus en plus de produits de saison. Ça vous permettra également de consommer peut être un peu plus local, ou d’être beaucoup plus vigilant sur la provenance des produits et de vous inspirer pour de nouvelles recettes.


Fruits de janvier :

Citron, kiwi, clémentine, poire, pomme.

Légumes de janvier:

Betterave, Chou, Chou de Bruxelles, Carotte, Courge, Endive, Salsifis, Pomme de terre, Épinard, Topinambour, Navet, Poireau, Panais


Les recettes que l’on vous propose:

Nos recettes sont inspirées de bouquin, de recette internet ou simplement de nos propres inspirations. Vous trouverez les liens de chaque recette selon leur provenance.

salade betterave.jpgEntrée :  Salade de betterave cuite aux pommes accompagné d’œufs durs.

Il vous suffit simplement de mettre des œufs à cuire (pour les œufs dur). En attendant, munissez vous d’une betterave cuite, coupez la en cube. Prenez une pomme (plutôt golden), épluchez et coupez la. Une fois vos œufs cuits, ajoutez les à votre salade. Un filet d’huile d’olive est suffisant pour cette salade. Mais n’hésitez pas à faire une sauce un peu relevé.

Plat :   Merlu, accompagné de cube de navet servi sur un nid d’épinard à la crème.

Vous pouvez cuire vos épinards à l »eau ou si vous êtes patient il est possible de les faire revenir à la poêle avec votre navet qui a été préalablement épluché (deux fois) et coupé en cube. A 10-15 minutes de la fin vous pouvez commencé à cuire votre merlu avec un filet d’huile d’olive (ou d’une autre huile, selon vos habitudes culinaires). Une fois vos épinards et navet cuits, rajoutez la crème liquide.

Soupe :

  • de légumes : 2 Grosses carottes , 2 pomme de terre, 2 poireaux et 1 oignon ( pour 2 personnes)

Épluchez vos carottes, vos pommes de terre et votre oignon, et coupez les en rondel. Ne coupez que la parti verte de votre poireau (réservez la parti blanche). Faites cuire le tout dans votre autocuiseur. Sortez vos légumes, mettez du sel, du poivre et un peu d’huile. Réservez l’eau de vos légumes. Puis commencez à mixer et au fur et mesure rajoutez de l’eau selon la texture souhaitez. et voilà votre soupe est prête.

Compote pomme/poire

Dessert : Compote Pomme/poire accompagné d’un filet de citron pour mieux la conserver.

Coupez vos pommes, vos poires. Prenez une casserole et ajoutez un petit fond d’eau. Mettez vos fruits dedans puis laissez cuire à feu doux. Lorsque votre pomme devient un peu « transparente » c’est qu’elle est cuite. Pour finir sortez vos fruits de l’eau s’il en reste, et soit vous mixer le tout , soit vous écrasez vos fruits à la fourchette si vous préférez les compotes avec des morceaux.


 

Conseils :

  • Le citron faisant parti des fruits de saison. Après cette période de débandade alimentaire, rien de tel qu’un citron dans une bouteille à boire toute la journée, ou une tasse de citron chaud avec de l’eau. N’hésitez pas à le rajouter dans vos plats, il donne du goût et ne fait pas grossir.
  • Le blanc du poireau peu vous servir le soir dans une salade, coupé en rondel.

 


 

Pour finir nous avons préparez un questionnaire pour mieux vous connaitre et mieux connaitre vos besoins. N’hésitez pas à venir donner votre avis .

Sans titre

Questionnaire : Bulles de Cactus c’est vous !

Quand on bulle sur le web #15

Bonjour les Cactus ! 

On a encore bullé sur le web…

Sandrine :

Lorsqu’on a des objets qui traînent dans la cave ou dans un placard depuis un moment et que l’on se décide enfin à faire un tri, au lieu de les jeter on peut les donner à des personnes qui en auraient besoin !

Voici donnons.org. : on peut y déposer des annonces pour donner nos objets inutilisés. Ou parcourir les annonces qui proposent des dons.

Capture d_écran 2017-07-09 à 18.21.51

 

Laura 

Une asso redonne vie à des jouets en récupérant et les recyclant de manière écologique.

asso rejoué

Marine 

Encore une fois, c’est une vidéo de la chaine Et tout le monde s’en fout que je vous partage : LES DECHETS !

 

Bon dimanche à vous 🙂

5 produits multi-usages indispensables (par Marine)

Hello les cactus !

On vous propose aujourd’hui le premier article d’une série qui liste nos 5 produits multi-usages indispensables à la maison.

Je m’y colle donc pour cette première !

1.Le bicarbonate de soude

Ce n’est pas une grande nouvelle, le bicarbonate sert à plein de choses ! De mon côté, j’ai toujours un spray de bicarbonate mélangé à de l’eau. Je secoue le tout et ça me permet de nettoyer un peu toute la maison, du sol au lavabo en passant par la douche et les toilettes. Pour les toilettes, je verse directement du bicarbonate au fond pour nettoyer à la brosse !
Je m’en sers également pour nettoyer ma cup en mettant une cuillère de bicarbonate dans la casserole en train de bouillir (avec la cup dedans !).
A savoir : il ne faut pas mélanger le bicarbonate et le vinaigre, leurs effets s’annulent. En revanche, j’ai aussi un autre spray avec du vinaigre que j’applique après avoir nettoyé au bicarbonate. Donc je fais la quasi-totalité de mon ménage au bicarbonate puis vinaigre !

2.L’huile de jojoba

Elle me sert à me démaquiller (aux doigts, même le maquillage le plus tenace n’y résiste pas). Elle me sert également d’huile hydratante visage et corps et d’huile pour les cheveux quand ils sont très très secs (quelques gouttes sur les longueurs).

3.Le gel d’aloe vera

C’est mon deuxième produit indispensable de salle de bain, je m’en sers  pour m’hydrater le visage quotidiennement, matin et soir, après la douche. J’en applique aussi sur les cheveux mouillés après le shampoing. Moi qui ait les cheveux fins, secs et ondulés, c’est une révolution depuis que je fais ça, je n’ai plus de frisottis !

4.Huile essentielle de tea tree

En cas d’imperfections, elle assèche et cicatrise. Combinée au gel d’aloe vera qui cicatrise par dessus, c’est parfait. Ce produit n’est pas tellement multi-usage mais j’ai essayé TELLEMENT de produits pour la peau, des trucs de pharmacie chers et dont il faut acheter toute la gamme pour espérer avoir un semblant de résultat, et en fait, depuis que je me contente de passer mon visage sous l’eau et du combo jojoba + aloe vera et éventuellement tea tree, c’est juste parfait !! Et je me sers de moins en moins du tea tree puisque ma peau va de mieux en mieux.
Le tea tree me sers aussi de déodorant lorsque je n’en ai plus (un pshit de jojoba + 2 gouttes de tea tree que j’applique directement sur les aisselles). J’évite de le faire trop souvent car je ne crois pas qu’il soit bon d’appliquer directement une huile essentielle sur les aisselles.

5.Le savon de marseille

Ou en tout cas un pain de savon qui limite les emballages par rapport à un gel douche et avec lequel je prends ma douche et fais ma vaisselle. J’en prends des plus parfumés pour la douche et les plus neutres possibles niveau odeur pour la vaisselle. C’est super économique et ça fonctionne au top !
Je me sers aussi du savon de Marseille pour nettoyer directement des petites surfaces (plan de travail de la cuisine, lavabos… en complément du bicarbonate et/ou du vinaigre.

Voilà, vous avez dans cette liste tous les produits qui composent ma salle de bain (jojoba + aloe vera + tea tree + savon de Marseille) et tout ceux qui me servent à faire mon ménage (bicarbonate + savon de Marseille).

Et vous, utilisez-vous ces produits ? Quels sont vos produits chouchoux ?
bannière-marine

3 avis sur les cadeaux de noël

Bonjour les Cactus!

C’est bientôt Noël, la période des chocolats chauds, des repas en famille… Et les cadeaux dans tout ça ?

Sandrine:

Je trouve que Noel est un bouffe fric ! C’est tellement devenu une fête commerciale qu’on en a oublié les valeurs par moment.
Plus les années passent plus je limite mes cadeaux à une somme. Par exemple 30€ / Personne. Si un cadeau m’est revenu à 10 € ça me laisse une marge pour un cadeau qui vaut un peu plus cher pour quelqu’un d’autre. Je me limite ! Et ce n’est pas une question de radinerie ou autre, mais plutôt de bon sens. Noël C’est un moment de partage en famille ou entre amis, pas le moment de liquider son PEL.

De plus en plus mes cadeaux sont devenus faits maison. Par exemple des savons, des bougies. J’y passe du temps, et j’y prend plaisir, c’est plus sympa que d’aller perdre son temps dans les magasins. Je passe beaucoup de temps à imaginer, créer, réaliser. J’y met du coeur et pas seulement ma CB.

Pour ce qui est des cadeaux que je reçois, je préfère un cadeau à ZERO € mais qui a du sens, plutôt qu’un cadeau à 50/100€ juste pour me faire un cadeau inutile.

Laura :

c’est toujours un plaisir que d’offrir et noël reste une occasion de plus pour offrir. Pendant très longtemps j’ai toujours cru qu’offrir c’était dépenser sans compter, que plus le cadeau était gros, plus il ferait plaisir, ou commander quelque chose qui semble faire plaisir, mais plutôt impersonnel.

J’aime noël pour ce moment de partage, ce sourire sur les visages, le plaisir de recevoir, de découvrir comme chacun nous perçoit derrière un objet.

Pour la première fois, à noël dernier j’ai fait mes cadeaux personnalisés

Marine : 

J’adore faire des cadeaux, des petites attentions, trouver LA chose qui fera plaisir à la personne… je ne dis pas que je réussis toujours ! En revanche, c’est une plaie de DEVOIR absolument trouver quelque chose si on a pas de pistes et je déteste faire des cadeaux impersonnels.

Ces dernières années dans ma famille on a décidé de faire tous un seul cadeau et de les tirer au sort. J’aime beaucoup le concept car finalement ce n’est plus un cadeau qu’on choisi pour quelqu’un de précis mais au contraire, un peu de soi qu’on offre à celui qui tombe dessus ! Et j’adore aussi recevoir quelque chose qui représente la personne qui offre. J’aime les cadeaux qui ont une valeur sentimentale, ceux qu’on a pris le soin de choisir même si ce sont de toutes petites choses.

Et vous quel est votre avis sur les cadeaux de Noël ? 

 

bannière-3-avis-sur

3 avis sur… les shampoings industriels

Bonjour les Cactus à cheveux !

Cette semaine nous vous donnons notre avis sur les shampoings industriels, et vous qu’est-ce que vous utilisez ?


Laura :

Aïe Aïe Aïe ! Bah que dire à ce sujet, mis à part que je suis toujours au shampoing liquide accompagné de tout ces produits chimiques qui le composent. J’attends toujours que Sandrine veuille bien m’en faire un ! Non, trêve de plaisanteries, effectivement j’utilise toujours le shampoing liquide INDUSTRIEL. Mais je pense que je vais me renseigner sur un DIY shampoing liquide et/ou solide. A vrai dire le solide, j’ai peur de m’emmêler les cheveux du coup je suis réticente et puis quand bien même j’en viens à faire mon propre shampoing, j’aurai toujours mon démêlant industriel…..

Sandrine :

J’utilise depuis un an tout pile un shampoing solide que je réalise moi même avec des recettes trouvées sur Aromazone dans un premier temps, et d’autres que j’ai arrangées à ma sauce de mon coté. Avant j’utilisais des shampoings achetés en grande surface comme la plupart du monde je pense. J’en utilisais beaucoup ! Et oui, quand on a les cheveux longs c’est pas possible de se laver les cheveux avec « une noisette ». Alors la poubelle se remplissait beaucoup de bouteilles vides. Aujourd’hui ma poubelle ne se remplit plus, et mon esprit est plus tranquille… Pourquoi ? Parce que je sais avec quoi je me lave les cheveux, et je ne perds plus de temps en magasin à lire les étiquettes et maintenant à vider mes poubelles !

Marine :

Je n’arrive pas à passer ce cap ! J’ai beaucoup de mal à trouver les produits qu’il me faut pour mes cheveux et après quelques tests j’avais trouvé un shampoing industriel d’une marque bio et naturelle qui me convenait. Mais en venant en Guyane je ne l’ai plus trouvé et les marques bios sont extrêmement chères chez moi. La solution serait de le fabriquer moi-même mais n’ayant pas les ingrédients sous la main je repousse. J’aimerais déjà en trouver un solide, c’est ma prochaine étape en retournant en métropole !

 

bannière-3-avis-sur

 

Quand on bulle sur le web #14

Sandrine :

Voici le blog « Famille Zéro déchet« , une famille pas comme les autres qui cherche à réduire leurs déchets. Entre recettes, tranches de vie et astuces, je trouve ce blog très riche !

Capture d’écran 2017-07-09 à 18.18.35.png

Laura :

J’ai trouvé ce site « La vie Claire » en cherchant des nouveautés bios. Le site propose des recettes faciles et sympas mais vous permet également de commander vos produits bios. Malheureusement il n’y en a pas près de chez moi, mais peut-être aurez-vous plus de chance que moi.

la vie claire

Marine :

On vous en a parlé hier sur la page Facebook, je voulais vous présenter un projet super intéressant et à soutenir absolument, c’est celui de l’association THOT. Ils sont professeurs de FLE (Français Langue Etrangère), et ont fondé une école afin d’offrir aux réfugiés et aux demandeurs d’asile un niveau de français leur permettant de s’en sortir par la suite, tout simplement. Je vous mets en dessous une vidéo qui explique leur projet et juste ici, un lien vers une campagne de crowdfunding afin de les aider !

Le phénomène de l’écolo-bio et ses dérives

Hello les cactus,

J’ai souvent entendu quand je parlais d’écologie ou de zéro déchet que c’est la lubie du moment, un effet de mode. Je me suis toujours défendue en disant que non, c’est une prise de conscience et également un mode de vie qui me simplifie le quotidien au fur et à mesure qu’il s’ancre dans mes habitudes. Et c’est vrai. Mais on ne peut pas nier non plus que l’image de l’écolo s’est un peu améliorée ces dernières années, voire qu’elle est devenue tendance dans plein de domaines : de plus en plus de restaurants et marchés qui affichent une image « bio et locale », les marques de vêtements qui ont des gammes « responsables », les cosmétiques « naturels » qui se développent, des supermarchés vracs et qui proposent de recycler nos déchets. Il y a un engouement qui émerge de plus en plus de ce côté là et la frontière entre conscience/mode et marketing est souvent bien légère et donne lieu à quelques « dérives »…

1/Le green washing

Le green-washing c’est souvent quand les marques commencent à sentir le vent tourner et les consommateurs s’intéresser aux compos des produits. Les industriels se mettent alors à faire du « bio », du « naturel », bref, des jolis packagings en papier recyclé avec des jolis motifs floraux dans des teintes vertes. Et voilà, magie magie, le produit est devenu écologique !
Vous l’aurez deviné, il s’agit davantage de marketing que d’écologie puisqu’en réalité, il est très facile de jouer à la fois sur le visuel du produit pour nous manipuler et de jouer sur les mots en toute légalité.
Pour exemple le plus connu, l’appellation « savon de Marseille »  :


Nous avons ici une appellation « savon de Marseille » ou presque, avec une couleur crème et verte, des jolies petites olives et des mentions qui font rêver « 72% » « extra pur » et « à l’huile d’olive », génial !
Mais les mentions ne figurent pas sur la même ligne, alors qu’est-ce qui est à 72% ? Qu’est-ce qui est extra pur ? Et combien d’huile d’olive contient ce savon ?

Le meilleur moyen de s’y retrouver c’est de lire l’étiquette : les ingrédients sont rangés par ordre d’importance dans la composition du produit. Donc nous avons ici huile de palme, eau, palme encore, du parfum (olive, sûrement), de la glycérine, de l’huile d’olive (ah, enfin !), du sel, de la soude, un agent parfumant, un colorant blanc… et une mention bénite « sans paraben » parce que ça, on est au courant, le paraben c’est caca.

Alors l’huile d’olive ne peut pas être à 72% puisqu’elle apparaît en 6ème position. Vous voulez savoir pourquoi cette mention 72% ? Précisément ? Eh bien, je vais vous l’dire m’ssieur dames, parce que la vraie compo du savon de Marseille, c’est 72% d’huile d’olive, puis soude, eau et sel. Voi-là. Donc on a là une véritable volonté de nous mettre sur une fausse piste en reprenant des mentions du vrai savon de Marseille. Bouh !

Ça veut pas dire que vous devez acheter du savon de Marseille vrai de vrai et rien d’autre, vous aurez beaucoup de mal à en trouver, ils sont désormais tous mélangés à l’huile de palme ou de coco. Mais observer les étiquettes permet déjà de choisir la compo qui vous paraîtra la plus saine.

J’ai pris cet exemple mais le greenwashing on le trouve partout. Dans la bouffe, dans les fringues aussi, on pense à des collections micro-capsules comme la gamme conscious d’H&M qui semble être conçue davantage pour soulager leur conscience une fois l’an que pour changer les modes de fabrication de nos fringues à 5€…

2/Le phénomène des totes-bags

Bon, le piège du green washing, c’est quand on commence à s’y mettre et qu’on tâtonne, puis après, il y a ce que l’on SAIT qu’on doit refuser, genre : les sacs plastiques ! Le diable en personne avec l’huile de palme.
Donc, les sacs plastiques, j’en avais fait un article, c’est pas bien-bouh-caca, et ce qui est cool c’est que depuis quelques années on trouve partout des totes-bags, ces alternatives en coton, lavables, réutilisables à l’infini. Ca se plie tout petit dans son sac, bref, une vraie bonne idée écologique.

Ça, c’est sur le papier.

Le problème, c’est pas le sac, c’est nous, petits consommateurs assidus de mode ! Parce que ce qu’il y a de cool avec ces petits sacs, c’est qu’il  y a des designs hyper sympas, des messages rigolos, ou engagés et donc on a très vite envie d’en faire collection.

« Jamais sans mon tote-bag »

Et là, ben non, c’est contre productif en fait. Parce que la fabrication de coton textile en soi n’a pas moins d’impact sur l’environnement que la production de sacs plastiques. La culture du coton nécessite énormément d’eau et est souvent OGM. Et non, ce n’est pas forcément mieux avec du coton bio. Pourquoi ? Parce que la certification bio concerne souvent exclusivement la culture. Le traitement par le suite du textile est ultra chimique dans les deux cas…

Il existe toujours des labels certifiés plus respectueux mais dans tous les cas, ton tote-bag, tu le chérie, tu le recouds si il a un trou et tu le gardes loooooongtemps. Tu peux en avoir 10 si tu en as besoin de 10 et que tu t’en sert (j’en ai toujours 3-4 en voyage car c’est hyper pratique) mais SURTOUT, tu t’en sert de la manière pour laquelle ils ont été conçus : tu les gardes, tu les laves et tu ne les jettes pas comme des sacs plastiques.

Parce que les fibres de cotons font autant de dégâts dans la nature que les sacs plastiques. Ben oui, mon p’tit. L’avantage du tote-bag n’est pas que c’est un sac-magique-non-polluant, c’est juste qu’il est réutilisable, donc réutilise-le, s’il te plait et ne l’oublie pas quand tu vas faire tes courses !

3/La surconsommation d’huiles essentielles et végétales

Ah, ça ! Les huiles, c’est naturel, pas très cher (sur un fameux site internet) et tu peux te concocter tout plein de recettes. Le problème, un peu comme avec les totes-bags, c’est que le naturel, le bio, l’écologique, c’est un effet de mode positif puisqu’il permet une prise de conscience, mais qui a aussi ses dérives lorsque les mécaniques de la surconsommation refont surface dans des domaines qui se voudraient plus responsables.


Donc, on a compris, on va éviter l’huile de palme, c’est pas bien, la déforestation, les singes qui n’ont plus d’habitat, on sait. Mais si c’est pour commander 12 litres d’huile de coco par mois sur internet, on arrive au même problème. Les entreprises doivent répondre à la demande, et donc produire plus, cultiver plus et souvent c’est fait au détriment des populations locales d’où les huiles sont cultivées/ extraites.

Autre souci, ces sites proposent des recettes parfois complexes (qui nécessitent beaucoup de produits différents) alors que nous allons mettre plus de temps à les utiliser que le produit à se périmer. C’est tout simplement du gâchis.

Pour ça, préférer quelques huiles multi-usages, utilisées pures ou de manière très simple. Pour moi, huile de jojoba, tea tree et aloe vera me tiennent longtemps et me servent quasiment à tout. Sur ce fameux site qui commence par Aroma- et termine par -zone (et sur lequel je me fournis), on peut trouver des tout petits formats, utiles pour tester au départ et voir ce qui nous convient. Mais le plus raisonnable est de rapidement se limiter à quelques produits essentiels et ne pas dévaliser le site tous les mois.

Bon j’ai l’air de vous faire la morale, mais…

En fait, ce qu’il faut comprendre là dedans c’est que TOUT a un impact environnemental. On pointe du doigt l’huile de palme, car à bas coût la filière est exploitée à un niveau catastrophique. Mais la consommation de soja par exemple, et sa demande pose exactement le même problème en Argentine depuis quelques années. Pourtant c’est gentil du soja, hein ? Et je trouve extrêmement dommage de détourner des alternatives intéressantes pour les faire basculer à nouveau dans une consommation déraisonnée.

Dans ces exemples précis, le souci, ce n’est pas le produit en soi, mais la demande, donc nous. Moi aussi j’ai envie d’acheter tous les totes-bags que je vois mais désintoxiquons-nous, nom d’un cactus !

bannière-marine