IDÉE : Emballer ses cadeaux sans déchets !

Bonjour les Cactus !

J’aimerais vous présenter aujourd’hui plusieurs alternatives ZÉRO DECHETS pour emballer vos cadeaux. 

On a déjà tous vécu cette scène où, après avoir déballé tout ses cadeaux en famille il faut ramasser le papier… et il va où le papier ? À la poubelle !

Alors cette année, si on offrait un cadeau à notre petite planète en la soulageant ?

UTILISEZ DES BOITES EN CARTON

Ça peu paraitre bête, mais au moins c’est un emballage durable.
Vous pouvez toujours y glisser du papier froissé à l’intérieur pour caler votre cadeau. Et puis c’est réutilisable.

Capture d’écran 2017-09-06 à 17.11.50.png

 


UTILISEZ DU TISSU

Comme pour les boites c’est une méthode durable. Vous pouvez toujours préparer des morceaux de tissu, et coudre les bords.
Ainsi vous pourrez les réutiliser si vous ne les laissez pas à vos proches.

 

Capture d’écran 2017-09-06 à 16.51.50.png


 

Capture d’écran 2017-09-06 à 17.13.18.png

 


UTULISEz DU JOURNAL

Vous êtes abonnés à des journaux papiers ? Gardez-les !! Je trouve que c’est une super idée.
Vous offrez un cadeau à un fan de sport ? Mettez lui la couverture sportive en guise de papier cadeaux. L’attention fera forcément plaisir.

 

Capture d’écran 2017-09-06 à 17.02.42.png

 


UTILISEz UNE BOITE D’OEUF

J’adore l’idée d’ouvrir sa boite d’oeuf et d’y voir des cookies.
Un jolie petit cadeau home made fait avec amour. Que demander de plus ?

Capture d’écran 2017-09-06 à 17.14.05.png

 


UTILISEz UN ROULEAU DE PAPIER TOILETTE

Si vous avez un petit cadeau, en général c’est jamais simple de l’emballer joliment dans d papier.
Et puis qui n’a pas de rouleau papier toilette à gogo chez soi ?

Capture d’écran 2017-09-06 à 17.00.38.png

 


 

UTILISEz UN BOCAL

Capture d_écran 2017-09-06 à 17.42.24

 

bannière-sandrine

Publicités

J’ai des passions polluantes et je le vis bien #1 : le dessin !

Hello les cactus,

J’admire les gens comme Chrysostome, qu’on avait interviewé, et qui arrivent à allier parfaitement leurs convictions à leur mode de vie. Pour moi c’est plus compliqué, il y a des choses que j’ai réussi à ancrer dans mon quotidien, d’autres que je me force à tenir et certaines qui ne sont pas encore à l’ordre du jour.

Puis il y a les choses dont je ne pourrais pas me passer…

J’ai une passion : depuis toujours, j’aime dessiner, et pire, j’aime dessiner SUR PAPIER. Je vous laisse imaginer depuis que je suis petite le nombre de feuilles, feutres, crayons, carnets… utilisés juste par plaisir. Ce n’est ni zéro déchet, ni minimaliste car en plus il faut que je stocke chez moi ces dessins et le matériel qui va avec.

Mais je le vis bien.

Pourquoi ?

Pour ces 2 raisons :

1/ Le numérique ne résous pas tout.

Je dessine aussi en numérique, ce qui génère moins de déchets et prend moins de place, cependant j’y prends moins de plaisir… Et en plus, si en apparence le numérique parait zéro-déchet, il a néanmoins un fort impact écologique et humain.

Je mélange un peu tous les domaines du numérique et non pas seulement l’utilisation de ma tablette graphique mais si on possède une tablette graphique il est évident que nous avons un comportement qui impacte sur les points ci-dessus. Donc à ce stade à part dessiner dans le sable avec un bout de bois, je ne vois pas quoi faire d’autre. Ou arrêter de dessiner parce que ça ne « sert » à rien ?

2/ Tout ce qui n’est pas essentiel n’est pas forcément inutile

Je m’intéresse de près au minimalisme et une des règles pour se débarrasser du superflus et sortir de la surconsommation est de se demander si telle chose que l’on désire est essentielle, indispensable et si on ne l’a pas déjà. Très peu de choses sont essentielles pour vivre bien. Mais qu’en est-il des loisirs ? du plaisir trouvé dans une certaine forme de futilité (s’acheter une bougie, un parfum, un bijou, un poster… rien de tout ça n’est vital) ? quid de l’intérêt de l’art ?

Donc, pour résumer :
Si je veux garder cette activité mais la rendre plus responsable, je peux continuer de dessiner sur papier (de préférence du papier recyclé, que je mets, si je le jette, à recycler à nouveau) et me renseigner sur les crayons/stylos/feutres en matière recyclée également.

Et suite à toutes ces données sur le numérique, j’essaie de limiter mon temps sur internet, je débranche mes appareils et je n’abuse pas des clouds (qui saturent le stockage de données). Pour aller plus loin, il existe également des téléphones responsables avec le Fairphone.

Bon, soyons sérieux deux minutes, je ne pense pas me faire lyncher sur la place publique parce que je dessine sur du papier. Il y a quand même bien pire comme activité polluante, mais celles-là, je les garde pour l’article sur mes passions polluantes #2… !

 

bannière-marine

Les avantages d’un vélo électrique ?

Qui dit printemps, dit beau temps,

Qui dit beau temps, dit balade

Et qui dit balade, dit……….. Vélo électrique.

Depuis que les beaux jours sont de retour, on peut apercevoir le retour des vélos également. Que ce soit les vélos classiques, les vélibs ou les vélos électriques.

Personnellement j’aime faire du vélo mais lorsque je pars faire du vélo je m’équipe de ma plus belle tenue de sport, prête à me dégourdir, faire du tout terrain, à transpirer et sentir que j’ai dépensé de l’énergie.

Suite à notre article 3 avis sur l’utilisation de la voiture, j’en suis venue à me poser des questions sur les déplacements à vélo. Et comme je vous le disais, j’aime beaucoup faire du vélo mais habitant dans une ville en hauteur, avec un vélo classique je suis vite amenée à fatiguer au milieu de la pente ou à arriver toute transpirante. Du coup il n’était même pas envisageable pour moi de penser à prendre le vélo pour aller à un rendez-vous ou au travail.

Puis j’ai supposé que si je venais à travailler plus près de chez moi, le vélo électrique (Vélo à Assistance Électrique = VAE) pouvait être un très bon compromis 6 mois sur 12 de l’année.

Les avantages du vélo électrique :

  • Le vélo électrique est 8 fois moins coûteux qu’une voiture.
  • En ville, vous effectuez en moyenne des trajets en voiture faisant maximum 10km et le plus souvent des trajets faisant 3 à 5km. Avec le vélo électrique c’est une distance largement réalisable.
  • Le temps peut être également facilement réduit car il suffit d’un bouchon aux heures de pointes pour perdre 5 à 10 minutes facile en voiture.
  • Cela vous permets d’entretenir une forme physique.
  • Grâce à l’assistance, vous devenez partisan du moindre effort sans vous en rendre compte. Vous pouvez arriver à votre rendez-vous en toute sérénité sans une goutte de transpiration.
  • Il fait partie des moyens de transports les plus écologiques.
  • Certaines batteries sont recyclable et pour les recharger, elles sont majoritairement amovibles et donc vous n’avez pas besoin de faire suivre votre vélo jusqu’au 4e étage pour recharger la batterie.

Les différentes subventions :

  1. Subvention accordée par certaines communes ou agglomération
    • En effet, certaines communes ou agglomérations vous subventionnent à l’achat d’un vélo électrique. Cette subvention varie selon vôtre commune ou vôtre agglomération. Je vous invite donc à prendre contact avec vôtre Mairie, afin de vous renseigner pour savoir si elle le fait et d’en connaître les conditions.
  2. Aide de l’État
    • L’État vous permet d’obtenir une aide pour l’achat d’un vélo électrique jusqu’au 31 janvier 2018 au plus tard. Pour obtenir cette aide vous devez remplir certaines conditions.
      • Être majeur, justifiant d’un domicile en France
      • Acquérir un vélo neuf à pédalage assisté
      • Qu’il n’ait pas de batterie en plomb
      • Acquisition après le 19 février 2017
    • Le montant de l’aide est fixé à 20% du coût d’acquisition sans dépasser 200€ maximum
    • Cette aide ne sera versée qu’une seule fois à une personne physique.
    • Il n’est pas possible de cumuler 2 aides (exemple : aide de l’état plus la subvention de votre commune)
    • Vous trouverez un peu plus de renseignements sur le site ASP

Et vous qu’en pensez-vous ? Peut être avez-vous déjà opté pour cette option ?

 

Quand on bulle sur le web #4

Hey !

Nous avons encore bullé et trouvé des tutos recyclages, des vidéos intéressantes et rigolottes… en voici 3 :

Sandrine

a décidément plein de boîtes de conserves à recycler, voici une nouvelle idée simple et efficace pour ranger la chambre des enfants !

bulles web 4

 

Laura

quant à elle a cherché une idée pour recycler des boîtes Pringles en rangements pour Spaghettis ! Ingénieux !

Capture3.PNG

 

Enfin Marine

a beaucoup aimé cette petite vidéo amusante et percutante sur l’eau et la manière aberrante dont on la consomme… petit clin d’œil à notre article, 3 avis sur l’eau !

Bon dimanche les cactus !

3 avis sur l’utilisation de la voiture

Hello les Cactus !

Cette semaine, nous comparons nos habitudes en matière de transports… voiture ou bus ?

Sandrine :


« Pour aller au travail sur Paris je prends les transports en commun. Certains ne les supportent pas, mais moi ils ne m’ont jamais dérangée.
Par contre pour mes trajets personnels je prends ma voiture, j’habite à 20 minutes en voiture de mes amis et ma famille. Et aucun transport en commun ne dessert cette ville.
Lorsque je veux faire « des petites courses » on y va à pieds ou je prends mon vélo de ville avec mon panier à l’avant, c’est l’occasion de se promener un peu, et marcher n’a jamais fait de mal à personne !
Utiliser moins la voiture serait pour moi un but, mais malheureusement ma situation géographique m’oblige à la prendre dans certain cas.
Plus tard pourquoi ne pas investir dans une voiture hybride ? »

 

Laura:


« Pour aller au travail je prends également les transports en communs, étant en banlieue parisienne c’est plus pratique et plus rapide.
En ce qui concerne mon quotidien, je suis à 2 minutes à pieds des petits commerces. Du coup la question ne se pose pas mais j’avoue que pour le reste je prends ma voiture et me soucie peu des conséquences.
Pour dire vrai, j’ai conscience des conséquences sur la planète mais dans 90% des cas je n’ai pas le choix de prendre la voiture, c’est un réel besoin. Marcher ne me dérange pas du tout et comme je l’ai dit, dès que je peux y aller à pied , je le fais. Par contre dès qu’il y a des pics de pollutions, je diminue ma vitesse comme ils le recommandent souvent sur les panneaux d’informations. »

 

Marine :


« J’ai pris le bus pendant des années (j’ai eu mon permis tard), mais maintenant, difficile de me passer de la voiture. Ici, en Guyane, c’est même impossible. Bien sûr, beaucoup sont à vélo au quotidien, mais sous le soleil qui tape et pour bouger le week-end, la voiture devient rapidement indispensable. J’habiterais en plein paris ou dans une grande ville avec le métro, je m’en passerais mais honnêtement, même en proche banlieue, on est très bien desservis en journée mais le soir les transports en communs s’arrêtent avant minuit, donc il faut au minimum co-voiturer. S’il y avait des transports non-stop, je pourrais peut-être me passer de voiture. »

 

Et vous, voiture ou transports ?