Recette Shampoing solide au coco

Bonjour les Cactus

Le coco ! J’adore ! Son odeur, sa douceur lorsqu’il est en huile… J’en mangerais presque à la cuillère !

coco

IMG_6544.JPG

Aujourd’hui je vous livre la recette que je réalise régulièrement pour nos cheveux à la maison.

C’est une recette que j’ai trouvé sur AROMA ZONE, et que j’ai quelque peu modifier.

IMG_6537

J’ai remplacé le tensioactif SLSA par du tensioactif SCI moins agressif pour le cuir chevelu. Et enfin l’actif cosmétique de Phytokératine par de la protéine de soie.


INGRÉDIENTS

Tensioactif SCI  76 g
Eau minérale 10 g / 10 ml
Actif cosmétique protéine de soie 25 ml
Huile végétale Coco  4.5 g / 5 ml
Huile essentielle Citron vert 1 g / 40 gouttes
Huile essentielle Menthe verte 0.5 g / 20 gouttes

+ Un moule en silicone

IMG_6550


RECETTE :

Dans un bol placé dans un bain marie, je met le tensioactif et l’eau.
Mélanger le tout, il faut que le tensioactif fonde, le tout doit devenir homogène.
Si j’ai du mal à bien mélanger je baise le feu et je rajoute mon huile pour m’aider un petit peu.
Retirer le tout hors du feu et y ajouter le reste des ingrédients. Et on mélange à nouveau.

Ensuite on peut enfin mettre notre mélange dans le moule. On tasse bien avec ses doigts pour éviter les bulles et voila !


 

IMG_6543

C’est un shampoing que j’utilise tout le temps. Lorsque j’arrive au bout du shampoing solide il a tendance à se casser, dans ces cas la on peut les garder et les mettre dans un petit filet et les utiliser tout les restes ensemble.

Alors ça vous donne envie de tester les shampoings solide ?

bannière-sandrine

 

Publicités

Le point de vue de Jessie

Hello les Cactus !


Aujourd’hui c’est Jessie qui répond à nos questions.


1/ Bonjour Jessie, qui es-tu ?

Salut ! Je suis Jessie, 28 ans, correctrice indépendante et étudiante en master Littérature de jeunesse.

Je tiens aussi un blog sur les livres de développement personnel : Le Livre qu’il me faut

2/ Le zéro-déchet, ça te parle ?

Ça me parle oui mais je ne pratique pas. Malheureusement, ma poubelle est bien remplie. Il va vraiment falloir que je fasse quelque chose pour diminuer les emballages. Merci pour cette interview car ça va me donner l’occasion de me renseigner un peu plus sur le sujet et de mettre en place quelques astuces faciles déjà. On fait le point là-dessus dans un an ?

3/ Le Bio, c’est du blabla ou un critère imparable ? Et le naturel, à fond ou à reculons ?

Le Bio ne devrait pas exister. Ça devrait être la règle et pas l’exception. Il y a 100 ans, tout était Bio non ?

4/ Que fais-tu pour l’environnement au quotidien ?

Là, comme ça, j’ai l’impression de pas faire grand-chose, honnêtement. Mais j’ai quelques exemples tout de même : j’évite de tirer la chasse d’eau pour un pipi. Je ne le fais qu’une fois sur deux. J’utilise des lingettes démaquillantes lavables (merci Sandrine !). J’ai aussi une coupe menstruelle. Ah bah ça, c’est du zéro-déchet ! Au lieu d’acheter des bouteilles d’eau en plastique, j’embarque une gourde avec moi (puis franchement, c’est économique aussi). J’essaie aussi d’utiliser des produits naturels pour faire le ménage : bicarbonate de soude, vinaigre… Il y a sûrement d’autres petites choses auxquelles je ne pense pas, mais globalement, je sais que je pourrais en faire beaucoup plus.

5/ Quand et comment ça t’es venu ?

Je ne saurais pas dire exactement.

6/ Tu le fais pour ton bien-être ou pour la planète ?

Je le fais pour la planète.

7/ Que penses-tu de ces mouvements qui se mettent en place petit à petit (effets de mode du bio, du retour au naturel, diminution des déchets, minimalisme, etc.) ?

Je trouve ça très bien. Je ne vois pas comment on pourrait critiquer tout ça. Que du positif.

8/ Une bonne résolution écolo-bio-etcaecetera que tu souhaites prendre mais que tu repousses ? Qu’est ce qui est si difficile dans ce changement à faire ?

N’utiliser que des produits sains pour faire le ménage et pour le corps. Il me reste pas mal de produits « chimiques » à finir, et je n’ai pas l’intention de les jeter à la poubelle non plus, alors je les termine et le but ensuite sera de n’acheter que du nature.

9/ La question qui fâche : vegan, végé, omni (ou autres) ? Et pourquoi ?

Omni. Petite, je n’aimais pas la viande. Mais on m’a tellement répété qu’il fallait en manger, que c’était bon pour la santé, que j’ai fini par céder. Cela dit, on ne fera pas manger de gibier ou de steak saignant. Finalement, j’en mange très peu. J’ai essayé de ne plus en manger, j’ai tenu une semaine. Ayant eu des problèmes avec la nourriture (longues périodes où je mangeais très peu, dégoût), je n’ai pas vraiment envie de me priver de quoi que ce soit maintenant que j’ai repris du plaisir à manger.

10/ Merci de nous avoir partagé ton avis de petit cactus, un diy facile à nous faire partager avant de partir ?

Hm… Tu veux une bibliothèque pas chère ? Tu peins une palette et voilà ça que ça donne :

Meuble Palette


 

Le blog de Jessie :  Le livre qu’il me faut

Capture d’écran 2018-02-19 à 13.29.40.png


bannière-articles-invités

Recette Shampoing solide au coco

Bonjour les Cactus

Le coco ! J’adore ! Son odeur, sa douceur lorsqu’il est en huile… J’en mangerais presque à la cuillère !

coco

IMG_6544.JPG

Aujourd’hui je vous livre la recette que je réalise régulièrement pour nos cheveux à la maison.

C’est une recette que j’ai trouvé sur AROMA ZONE, et que j’ai quelque peu modifier.

IMG_6537

J’ai remplacé le tensioactif SLSA par du tensioactif SCI moins agressif pour le cuir chevelu. Et enfin l’actif cosmétique de Phytokératine par de la protéine de soie.


INGRÉDIENTS

Tensioactif SCI  76 g
Eau minérale 10 g / 10 ml
Actif cosmétique protéine de soie 25 ml
Huile végétale Coco  4.5 g / 5 ml
Huile essentielle Citron vert 1 g / 40 gouttes
Huile essentielle Menthe verte 0.5 g / 20 gouttes

+ Un moule en silicone

IMG_6550


RECETTE :

Dans un bol placé dans un bain marie, je met le tensioactif et l’eau.
Mélanger le tout, il faut que le tensioactif fonde, le tout doit devenir homogène.
Si j’ai du mal à bien mélanger je baise le feu et je rajoute mon huile pour m’aider un petit peu.
Retirer le tout hors du feu et y ajouter le reste des ingrédients. Et on mélange à nouveau.

Ensuite on peut enfin mettre notre mélange dans le moule. On tasse bien avec ses doigts pour éviter les bulles et voila !


 

IMG_6543

C’est un shampoing que j’utilise tout le temps. Lorsque j’arrive au bout du shampoing solide il a tendance à se casser, dans ces cas la on peut les garder et les mettre dans un petit filet et les utiliser tout les restes ensemble.

Alors ça vous donne envie de tester les shampoings solide ?

bannière-sandrine

 

Bilan 2017 Top & Flop ? – Par Sandrine

Bonjour les Cactus !

Voici mes différents Top et Flop de 2017, mon bilan quoi !
Qu’est ce qui a marché pour moi ou alors pas du tout ?

MES TOP

LES SAVONS : J’ai réalisé des savons avec Laura et je les adore ! On a assisté à un atelier des listées citronnées et depuis je n’utilise que ça 🙂
On est pas retourné aux gels douche et ça pour moi c’est une victoire.

PRODUIT MENAGER :Le savon noir, comme le savon pour le corps c’est devenu un indispensable, mais ça je vous en ai déjà parlé ici : MES INDISPENSABLES.

TRI SELECTIF & ZERO DECHET : Je suis fière de nous, on arrive de plus en plus à trier à la maison. En fin d’année, on a même échangé nos poubelles. La poubelle de trie de 30L est devenue notre poubelle ménagère et on utilise maintenant la poubelle de 50L pour le tri. Ainsi, on se rend mieux compte de nos déchets ménagers. Il ne nous manque plus que le composteur.

MON CAHIER WHY NOTE : Mon cahier réutilisable je vous en parlais ICI, il ne me quitte plus. J’utilise toujours des cahiers en fonction de mon boulot mais pour tous ce qui est brouillon, je n’utilise que ça maintenant. Il fait parti de mes MUST HAVE 2017 !

IMG_6557

MES FLOP

LA VOITURE: même si à la maison nous n’avons qu’une voiture pour deux si je dois sortir pas très loin mais que j’ai une GROSSE FLEME, il m’arrive d’y aller en voiture, ou alors de plus vouloir sortir, du coup je fais un geste pour la planète en n’utilisant pas la voiture, mais je ne sort pas non plus ! Faut que j’arrête ça ! Notre avis sur la voiture.

LES COURSES: J’essaie au quotidien d’acheter seulement ce dont j’ai besoin, alors j’ai la chance ne pas avoir une liste aussi longue que mon bras ! Mais malgré ça je ne vais pas assez dans les magasins vracs ou spécialisé Bio. La facilité du DRIVE de grande surface gagne encore sur moi… À REVOIR POUR 2018 !

L’ÉLECTRICITÉ: Jour, nuit, jour nuit… J’ai un vieux bug tout à fait propre à moi, si ce n’est pas assez éclairé j’ai l’impression de ne rien comprendre. Alors où que je sois, la lumière doit être allumé. Exemple je dois juste allé chercher un petit truc dans la salle de bain, j’allume la lumière alors que je sais exactement où il est ! Donc j’ai allumé la lumière pour deux secondes… Faut que je me fasse analyser.

Bref, encore pleins d’efforts à faire ! Mais comme le dit Laura dans son article Bilan 2017, Personne n’est parfait !

IMG_2978.JPG


Psssst ! Pas si vite ! Il semblerait que notre questionnaire ait rencontré quelques soucis. Nous avons donc remédié à ça. Vous pouvez donc vous joindre à nous, en remplissant le questionnaire en cliquant sur « Le questionnaire ». Nous serions vraiment ravi d’avoir votre retour.

 

Sans titre.jpg

 

Bonne année 2018 🙂

 

bannière-sandrine

Bulles de Cactus c’est vous ! Et si vous participiez à l’aventure ?

Hello les cactus

Parce que ça fait plus d’un an que vous nous lisez et que vous êtes déjà plus de 500 à être abonné à notre blog, c’est naturellement que nos lectrices et lecteurs passent avant tout !
Nous avons besoin de votre avis, de vos suggestions, les contenus que vous aimeriez retrouver sur notre blog…

Nous vous avons concocté un questionnaire rien que pour vous !

À quel heure lis-tu nos articles ?
Quel(s) sujet(s) souhaites-tu voir sur notre blog ?

Sans titre.jpg

Alors, à vous de vous exprimer, nous sommes toutes ouïes !


Et si vous nous donniez votre point de vue ?

Vous connaissez déjà notre catégorie « le point de vue de …  » ?
Comme celui de Chrysostome ou encore celui de Rachelle qui nous expliquent comment ils vivent le Bio, le zéro déchet…
Vous nous inspirez et partager votre point de vue permet à ce blog de grandir encore un peu plus chaque jour.

Et si notre prochain point de vue c’était vous ?

Si l’aventure vous dit répondez au questionnaire en indiquant en bas du questionnaire si tu es pour ou contre et nous te recontacterons 😉

Nous serions très heureuses de vous avoir avec nous dans l’aventure bulles de Cactus !

 

3 avis sur… les shampoings industriels

Bonjour les Cactus à cheveux !

Cette semaine nous vous donnons notre avis sur les shampoings industriels, et vous qu’est-ce que vous utilisez ?


Laura :

Aïe Aïe Aïe ! Bah que dire à ce sujet, mis à part que je suis toujours au shampoing liquide accompagné de tout ces produits chimiques qui le composent. J’attends toujours que Sandrine veuille bien m’en faire un ! Non, trêve de plaisanteries, effectivement j’utilise toujours le shampoing liquide INDUSTRIEL. Mais je pense que je vais me renseigner sur un DIY shampoing liquide et/ou solide. A vrai dire le solide, j’ai peur de m’emmêler les cheveux du coup je suis réticente et puis quand bien même j’en viens à faire mon propre shampoing, j’aurai toujours mon démêlant industriel…..

Sandrine :

J’utilise depuis un an tout pile un shampoing solide que je réalise moi même avec des recettes trouvées sur Aromazone dans un premier temps, et d’autres que j’ai arrangées à ma sauce de mon coté. Avant j’utilisais des shampoings achetés en grande surface comme la plupart du monde je pense. J’en utilisais beaucoup ! Et oui, quand on a les cheveux longs c’est pas possible de se laver les cheveux avec « une noisette ». Alors la poubelle se remplissait beaucoup de bouteilles vides. Aujourd’hui ma poubelle ne se remplit plus, et mon esprit est plus tranquille… Pourquoi ? Parce que je sais avec quoi je me lave les cheveux, et je ne perds plus de temps en magasin à lire les étiquettes et maintenant à vider mes poubelles !

Marine :

Je n’arrive pas à passer ce cap ! J’ai beaucoup de mal à trouver les produits qu’il me faut pour mes cheveux et après quelques tests j’avais trouvé un shampoing industriel d’une marque bio et naturelle qui me convenait. Mais en venant en Guyane je ne l’ai plus trouvé et les marques bios sont extrêmement chères chez moi. La solution serait de le fabriquer moi-même mais n’ayant pas les ingrédients sous la main je repousse. J’aimerais déjà en trouver un solide, c’est ma prochaine étape en retournant en métropole !

 

bannière-3-avis-sur

 

Le point de vue de … Camille se lance

Bonjour les Cactus !

Nous avons demandé à Camille du Blog : CAMILLE SE LANCE ce qu’elle pensait de l’écologie et tout le blabla.

On vous laisse découvrir ses réponses…



1. Que penses-tu de ces mouvements qui se mettent en place petit à petit (effets de mode du bio, du retour au naturel, diminution des déchets, minimalisme, etc.) ?

Que du bien !! Plus on est de fous, plus on rit 🙂 Et même si ce n’était qu’un effet de mode (ce que je ne crois pas), et bien on aura oeuvré pour la planète pendant ce laps de temps, c’est toujours ça de gagné (oui, je préfère regarder le verre à moitié plein).

2. Le zéro-déchet, ça te parle ?

Héhé… Un peu oui, vu que genre environ 100% de mes billets parlent de ça, et qu’en dehors de ça, je parle que de ça 😀

3. Le Bio, c’est du blabla ou un critère imparable ?

Je pense que le Bio est une très bonne chose si c’est gagnant pour tout le monde : Une meilleure alimentation pour les consommateurs, et de meilleures conditions de travail pour les personnes qui nous nourissent. Si on fait du bio de façon « industrielle », ça n’a pas de sens. Le Bio est donc un critère, mais pas le seul. Par exemple : manger des légumes de saison, et manger local sont également indispensables à mon sens…

4. Et le naturel, à fond ou à reculons ?

A fond ! Sous toutes ses formes ! Dans ma consommation au quotidien, dans mes loisirs, dans mes relations humaines, je préfère les choses naturelles 🙂

5. Que fais-tu pour l’environnement au quotidien ?

 Je privilégie le bus et le vélo à la voiture, je ne mange quasiment plus de viande, j’achète moins de vêtements qu’avant, je viens au boulot avec mes petits restes de la veille, je bois de l’eau du robinet, je vais chez mon boulanger avec mon sac en tissu, je fais mes courses en vrac. Je ne fais rien d’extraordinaire, mais tous ces petits gestes mis bout à bout, ajoutés aux petits gestes de tous, eh bien ça compte !

6. Une bonne résolution écolo-bio-etcetera que tu souhaites prendre mais que tu repousses ?

Arrêter d’acheter une certaine marque de céréales au chocolat pour mon petit déjeuner. Elles doivent probalement être bourrées de trucs dégoûtants, mais je n’ose pas regarder la composition et la provenance, j’aime trop leur goût !!

7. Qu’est-ce qui est si difficile dans ce changement à faire ?

Pour moi, le plus difficile est de réussir à faire des plats gourmands sans viande. Je ne suis pas végétarienne par goût, mais par conviction écolo. Et comme je ne suis pas un super cordon bleu à la base, je suis assez malheureuse en cuisine en ce moment parce que je ne trouve pas que mes plats soient très bons, malgré de très bons ingrédients… il faut vraiment que je me challenge en fouillant sur les blogs ou en allant trouver des recettes dans de bons bouquins… Sinon, tout le reste (notamment arriver en gros à une poubelle de 500g à deux tous les deux mois) m’a vraiment semblé très simple.

8. La seule chose que tu emporterais sur une île déserte ?

Mon chéri !! 😀 (comment ça c’est pas une chose ?!)

9. Comment t’es venue l’idée de créer ton blog ?

Ce n’est pas du tout naturel pour moi. En revanche, la belle famille tient un blog familial depuis très longtemps. Quand je suis « tombée » dans le Zéro Déchet, j’ai d’abord pensé faire un ou deux billets sur leur blog, mais plus j’y pensais, plus je voyais que j’avais 50 milliards de trucs à dire et qu’un ou deux billets ne suffiraient jamais. Le fait que mon amoureux soit développeur web m’a aidé à sauter le pas. C’est lui qui a tout fait, moi je me contente de… remplir les vides 😀

10. Si tu devais t’engager auprès d’une association ou d’un organisme, lequel choisirais-tu ?

C’est déjà chose faite puisque je suis membre du CA de notre toute jeune Association Zéro Déchet Touraine ! Au niveau national, je contribue parfois financièrement au soutien de certaines campagnes menées par Greenpeace ou par la Fondation Nicolas Hulot

11. Si tu devais tout plaquer pour changer de vie, tu ferais quoi ?

Je me construirais ma propre Tiny House, je me trouverais des supers spots, je m’installerais sur ma mini terrasse en bois, et je regarderais la nature faire sa vie… Avec un bon, bouquin, un bon appareil photo, et une grosse tasse de chocolat chaud !

 

bannière-articles-invités

 

[VEGGIE WORLD 14 / 15 OCTOBRE 2017] CONCOURS – avec la marque FANTOME

Hello les cactus ! 

Le 14 & 15 Octobre aura lieu le salon VEGGIE WORLD à Paris.

Veggie world Octobre 2017

À cette occasion, Bulles de Cactus organise un joli concours !

À gagner :

Une trousse de toilette offerte par la marque FANTOME.

Trousse_de_toilette_DIY_fantome_made_in_France_zero_waste-2

Comment participer ? 

Pour ça il suffit : 

– d’être abonné au blog, 

– de marquer 3 de tes amis sur le post Facebook de l’événement,

– et le partager !

VOUS AVEZ JUSQU’AU 21 OCTOBRE 2017 POUR PARTICIPER ! 

 

 Jennie participe au salon en tant qu’exposante avec sa marque FANTOME.

header_fantome_site_texte_logo_2

Fantome qu’est-ce que c’est ?
Des accessoires & sacs à mains réalisés à partir de chambres à air de vélos ! 
Oui, vous avez bien compris, de chambres à air. Elle les récupère puis les transforme en magnifiques créations UNIQUES, car chaque chambre à air est unique !
Mais c’est aussi MADE IN FRANCE.

Et chez les Cactus on aime, car c’est Zéro-déchet & local. 

Elle sera au Veggie World, stand C14  de 10h00 à 19h00. 

 

Crédit photo : Nicolas Demare - Nidimages

 

Capture d’écran 2017-10-01 à 18.48.57.png

 


Jennie nous avait donné son point de vue : c’est ICI

FANTOME_madeinfrance-recyclage-velo-chambre-a-air.jpg

Crédit photo : Nicolas Demare - Nidimages

Images a la une blog

REPLAY: Article Invité : DAVID & le minimalisme

Moins et mieux, vers la simplicité et la vraie richesse.

J’ai toujours aimé la simplicité, l’organisation, les espaces épurés, les ambiances silencieuses, la beauté de la nature, sous toutes ses formes. L’essentiel. De l’utile. De la beauté.

David 1 (1 sur 1).jpg

Je ne suis pas un minimaliste par idéalisme ou même par mode. Je suis simplement quelqu’un qui cherche à obtenir le meilleur de lui-même, dans une quête sans fin du mieux vivre, via la simplicité vers la tranquillité. Le minimalisme se trouve être la voie naturelle et indispensable pour atteindre ce but. Mais cette quête est en fait une lutte acharnée contre les stratagèmes d’une société consumériste qui fait tout pour nous en éloigner. Tout ou presque autour de nous nous en empêche.

En effet, notre société occidentale moderne veille au grain : elle ne souhaite surtout pas que vous empruntiez la voie du moins. Cela ruinerait son leitmotiv du toujours plus. La logique de vie proposée dans les pays riches est la suivante : posséder et consommer ! Le toujours plus. Une belle maison, un beau salon, une belle cuisine, une belle voiture, avoir de belles vacances, des vêtements à foison, une ou plusieurs TV. Des crédits divers et variés. Des abonnements de toutes sortes inutiles (des magazines jamais lus, des clubs de sport que l’on déserte dès la deuxième séance etc.)

David 3 (1 sur 1).jpg

Notre paix intérieure est en permanence mise à mal par une pollution visuelle et sonore qui nous agresse frontalement ou insidieusement du matin au soir. De la sonnerie du réveil le matin au beuglement des publicités, des chaines d’information continue, en passant par le bruit de la circulation urbaine, tout nous enferme dans une spirale infernale dont on a du mal à sortir.

L’économie mondiale repose sur la croissance sans limite suicidaire et la consommation forcenée de biens inutiles mais vendus comme indispensables à notre bonheur.

Pour vous aider à succomber, un instrument puissant et envahissant a été placé chez vous, sous la forme d’un écran toujours plus grand, diffusant des programmes de milliers de chaines, vomissant des milliers de publicités et volant notre unique vrai richesse, notre temps. Ces programmes nous lobotomisent en créant en nous des désirs superflus.

C’est assez ! Il faut se réapproprier l’essentiel.

J’ai deux « mentors » dans ce domaine : Leo Babauta, célébrissime bloggeur de la sphère du mieux vivre, dont l’excellent livre « L’art de l’essentiel » est un indispensable, et Fumio Sasaki, la tête de file du minimalisme à la japonaise, qualifié « d’extrême », mais dont le mode de vie est vraiment inspirant. La mode des 150 ou même 100 objets est très caractéristique de ce courant. Trois chemises, 3 T-shirts, 3 pantalons, 5 paires de chaussures, un futon, une couette, un oreiller, 2 ou trois vestons ou manteaux, quelques ustensiles de cuisine, et c’est déjà presque trop.

Minimalisme ne rime pas avec pauvreté, mais avec richesse intérieure. Il faut bien choisir les objets qui devront nous accompagner.

De la même façon, les voyageurs/bloggeurs minimalistes qui ne possèdent que leur sac à dos, et des objets triés sur le volet et de qualité sont des modèles à suivre pour ceux qui veulent se libérer (voir par exemple le cas de Andrew Hyde et ses 15 objets comme unique possession).

David 4 (1 sur 1).jpg
Sac pour 2 semaines de voyages

Le minimalisme va de pair avec la quête du mieux vivre. Pour libérer son esprit et se simplifier la vie, il faut libérer son espace vital. L’endroit où l’on vit doit être le premier espace de notre bien-être et de notre épanouissement. C’est le reflet de notre situation personnelle et de l’état dans lequel se trouve notre esprit : apaisé, se fixant sur l’essentiel et recherchant la simplicité au sein d’un espace épuré ? ou bien encombré, fermé, prisonnier de milliers d’objets inutiles et nous enfermant dans un cloaque sans issue ?

Autant il est très difficile d’éliminer (cette démarche de simplification nécessite souvent des mois voire des années), autant re-remplir sa vie et son espace avec de l’inutile est d’une simplicité absolument diabolique. Cela nécessite une vigilance extrême de notre part : les objets nous guettent, prêts à nous envahir de nouveau !

Il est indispensable de faire une différence entre envie et besoin réel. L’envie nait de plusieurs influences, souvent négative, propulsée par notre société de consumérisme forcené. Les besoins vitaux sont en fait peu nombreux. Quand je veux acheter quelque chose, je me donne toujours un délai de réflexion d’une semaine à un mois. Et 9 fois sur 10, l’envie reposait sur du futile.

Suite à un gros changement de vie personnelle (un « reset » salvateur), j’ai décidé de me donner les moyens de vivre enfin comme je le voulais, et de me débarrasser du superflu. Pendant des années, j’étais comme tout le monde, entouré de milliers d’objets, ma vie remplie de possessions qui me possédaient. J’étais dans la norme.

David 2 (1 sur 1).jpg

Franchir le pas, et ne m’entourer que des choses réellement essentielles pour vivre a été une étape importante. Une précision : je vis seul la plupart du temps, et que ce qui marche pour moi ne fonctionnera probablement pas pour d’autres. Pas de prosélytisme dans ma démarche. Juste du pragmatisme. Mon leitmotiv est simplicité et quête de l’essentiel.

(Néanmoins, de nombreuses familles dans le monde adoptent avec bonheur cet art de vivre).

Le minimalisme entraine (ou est la résultante de) une hygiène de vie salvatrice : manger mieux, dormir mieux, se lever tôt (cf le « Miracle Morning »), se coucher tôt, se dépolluer l’esprit en ayant du temps pour s’enrichir intérieurement, s’ouvrir au monde, voyager, sourire, rire, vivre avec le sentiment euphorisant d’une liberté retrouvée.

Ni télévision, ni micro-onde, ni four, ni machine à laver, ni canapé, ni meuble inutile.

Voici pour le moment mes quelques possessions (encore trop nombreuses à mon goût) :

Cuisine

– Une monoplaque de cuisson à induction,
– 2 casseroles,
– 1 poêle,
– 4 bols,
– des couverts,
– 1 tasse et 2 verres,
– 1 bouilloire,
– 1 presse agrume,
– 1 petit mixeur,
– des chiffons de cuisine,
– 1 frigo petit format.

Je suis végétarien. Donc pas de viande, pas de poisson (mais encore des œufs et du fromage… pour le moment), pas de cuisine compliquée, pas de friture (donc pas besoin de hôte aspirante), pas de four, pas de micro-onde. Le moins possible de nourriture transformée. Des plats essentiels, simples et nourrissants et bio si possible. Fruits et légumes. Légumineuses. Graines. Céréales. Féculents.

Pates. Riz. Eau. Alcool avec grande modération.

Couchage20170301_195255

Plus de lit, de table de nuit, d’armoire, de commode etc.

– 1 excellent futon type japonais, repliable en 3. Vous pouvez vous en servir comme sofa. Je dors excellemment bien.
– 1 couette,
– 1 oreiller,
– 2 jeux de draps et housses.

Je dors à même le sol. Mon dos me remercie. Le couchage est aéré et rangé chaque matin.

Vêtements

J’ai donné beaucoup. Et je dois encore optimiser (j’use encore 40 pièces de vêtement – ce qui est énorme). Pas de lave-linge. J’utilise le lavomatic de ma commune pour quelques euros.

– 1 penderie mobile dans la pièce.

Pas de stress le soir pour choisir ses vêtements du lendemain (par exemple le fondateur et CEO de Facebook utilise les mêmes t-shirts et sweats chaque jour).

– 6 chemises,
– 5 T-shirts,
– 5 paires de pantalons,
– 3 sweats à capuche,
– 1 polaire,
– 2 vestes de costumes,
– 1 manteau,
– 1 parka imperméable,
– 1 veste polaire,
– 1 short,
– 1 maillot de bain,
– 1 pantalon multi-poches adéquat pour le camping/randonnée,
– 5 paires de chaussures,
– 1 paire de sandales,
– 2 ceintures,
– 2 pulls over,
– des sous-vêtements.

Je commence à remplacer au fur et à mesure ces pièces par des vêtements dits « techniques », de qualité supérieure, pratique, durable (ex. chemises sans repassage, t-shirts hautes performances etc.). Les couleurs sont assez neutres ou uniformes (blanc, gris, noir, bleu) pour pouvoir se combiner entre eux.

Salon/bureau

Pas de TV (la meilleure chose à faire est de se débarrasser de cet engin infernal). Donc pas de meuble TV. Pas de canapé. Un vieux fauteuil.

– 1 chaise pliable en bois.
– 1 table basse toute simple faite maison.
– 1 bibliothèque.
– 1 bureau tout simple fait maison.

Et c’est bien suffisant.

Salle de bain

Une salle de bain vide est un bonheur dès le matin.

– 1 savon naturel,
– du bicarbonate,
– rasoirs et accessoires,
– brosse à dent électrique,
– 3 serviettes de bain.

Objets divers

– livres (encore trop – je dois en donner/vendre),
– sacs à dos de diverses tailles,
– instruments de musique,
– appareils électroniques divers (ordinateurs, enceintes HIFI etc.),
– pleins d’objets liés à mes passions (dont la magie) – un tri s’impose.

La grande question est : mais quand tu reçois du monde, comment fais-tu ?

La réponse est : on improvise. Dans la joie et la bonne humeur. Il suffit de pas grand-chose pour passer un bon moment convivial. Ou alors, changez d’amis.

Se lever le matin dans une pièce épurée est jouissif. Faire le ménage complet ne prend que quelques minutes. Le minimalisme permet des gains d’argent qui peuvent être considérables à la longue.

 


20170415_180510

Notre temps si précieux est sauvegardé. Notre santé s’améliore. Nous nous concentrons sur l’essentiel. Nous sommes plus proches des êtres aimés. Notre vision du monde change. Malgré nos soucis et les aléas de la vie, notre esprit, le moteur de l’âme, renoue avec l’optimisme, la clarté, l’envie.

Simplifier votre monde vous ouvrira la porte à une vie magnifique, plus proche des considérations de la nature et de sa survie. Par le moins et mieux consommer.

Seulement 32 000 jours. C’est notre banque de temps (optimiste). Cherchons l’essentiel. La vie est courte.

Je terminerai par cette citation de Eminescu, poète roumain: « La vie est un bien perdu pour celui qui ne l’a pas vécue comme il l’aurait voulu ».

Moins et mieux, vers la simplicité et la vraie richesse.