Quand on bulle sur le web #16

C’est une règle établie : bien manger permet d’allier condition physique et santé de fer. Une étude inédite a cependant révélé les vertus surprenantes d’une alimentation saine et adaptée. Si manger a toujours fait des heureux, certains aliments auraient une véritable influence sur notre humeur. Et si le secret du bonheur était dans notre assiette ?

Bonjour les Cactus ! 

On a encore bullés sur le web …

Sandrine :

La savonnerie du Vexin
C’est une Savonnerie artisanale ( Mais je vous en parlerais plus en détail un autre jour ! )

Savonnerie du vexin - bougie (1 sur 1)

Laura :

Conférence zéro déchets by Nature et Découvertes avec Jérémie Pichon, Bénédicte Moret et Marie Cochard : Conférence zéro déchets

Conférence 20/40 – Zéro Déchet : C’est parti, nous sommes en direct avec Jérémie Pichon, Bénédicte Moret et Marie Cochard pendant 1 heure pour discuter des enjeux du zéro déchet. Bonne conférence et n'hésitez pas à poser vos questions en commentaire, ils prendront le temps d'y répondre à la fin de la conférence ! ;)

Marine :

Pour envisager un futur moins stressant et plus heureux, voici quelques petits coup de pouces pour mieux envisager votre bonheur avec Bio à la Une

C’est une règle établie : bien manger permet d’allier condition physique et santé de fer. Une étude inédite a cependant révélé les vertus surprenantes d’une alimentation saine et adaptée. Si manger a toujours fait des heureux, certains aliments auraient une véritable influence sur notre humeur. Et si le secret du bonheur était dans notre assiette ?

Bon dimanche à vous 🙂

 

Publicités

Bulles de Cactus c’est vous ! Et si vous participiez à l’aventure ?

Hello les cactus

Parce que ça fait plus d’un an que vous nous lisez et que vous êtes déjà plus de 500 à être abonné à notre blog, c’est naturellement que nos lectrices et lecteurs passent avant tout !
Nous avons besoin de votre avis, de vos suggestions, les contenus que vous aimeriez retrouver sur notre blog…

Nous vous avons concocté un questionnaire rien que pour vous !

À quel heure lis-tu nos articles ?
Quel(s) sujet(s) souhaites-tu voir sur notre blog ?

Sans titre.jpg

Alors, à vous de vous exprimer, nous sommes toutes ouïes !


Et si vous nous donniez votre point de vue ?

Vous connaissez déjà notre catégorie « le point de vue de …  » ?
Comme celui de Chrysostome ou encore celui de Rachelle qui nous expliquent comment ils vivent le Bio, le zéro déchet…
Vous nous inspirez et partager votre point de vue permet à ce blog de grandir encore un peu plus chaque jour.

Et si notre prochain point de vue c’était vous ?

Si l’aventure vous dit répondez au questionnaire en indiquant en bas du questionnaire si tu es pour ou contre et nous te recontacterons 😉

Nous serions très heureuses de vous avoir avec nous dans l’aventure bulles de Cactus !

 

Quand on bulle sur le web #15

Bonjour les Cactus ! 

On a encore bullé sur le web…

Sandrine :

Lorsqu’on a des objets qui traînent dans la cave ou dans un placard depuis un moment et que l’on se décide enfin à faire un tri, au lieu de les jeter on peut les donner à des personnes qui en auraient besoin !

Voici donnons.org. : on peut y déposer des annonces pour donner nos objets inutilisés. Ou parcourir les annonces qui proposent des dons.

Capture d_écran 2017-07-09 à 18.21.51

 

Laura 

Une asso redonne vie à des jouets en récupérant et les recyclant de manière écologique.

asso rejoué

Marine 

Encore une fois, c’est une vidéo de la chaine Et tout le monde s’en fout que je vous partage : LES DECHETS !

 

Bon dimanche à vous 🙂

3 avis sur les cadeaux de noël

Bonjour les Cactus!

C’est bientôt Noël, la période des chocolats chauds, des repas en famille… Et les cadeaux dans tout ça ?

Sandrine:

Je trouve que Noel est un bouffe fric ! C’est tellement devenu une fête commerciale qu’on en a oublié les valeurs par moment.
Plus les années passent plus je limite mes cadeaux à une somme. Par exemple 30€ / Personne. Si un cadeau m’est revenu à 10 € ça me laisse une marge pour un cadeau qui vaut un peu plus cher pour quelqu’un d’autre. Je me limite ! Et ce n’est pas une question de radinerie ou autre, mais plutôt de bon sens. Noël C’est un moment de partage en famille ou entre amis, pas le moment de liquider son PEL.

De plus en plus mes cadeaux sont devenus faits maison. Par exemple des savons, des bougies. J’y passe du temps, et j’y prend plaisir, c’est plus sympa que d’aller perdre son temps dans les magasins. Je passe beaucoup de temps à imaginer, créer, réaliser. J’y met du coeur et pas seulement ma CB.

Pour ce qui est des cadeaux que je reçois, je préfère un cadeau à ZERO € mais qui a du sens, plutôt qu’un cadeau à 50/100€ juste pour me faire un cadeau inutile.

Laura :

c’est toujours un plaisir que d’offrir et noël reste une occasion de plus pour offrir. Pendant très longtemps j’ai toujours cru qu’offrir c’était dépenser sans compter, que plus le cadeau était gros, plus il ferait plaisir, ou commander quelque chose qui semble faire plaisir, mais plutôt impersonnel.

J’aime noël pour ce moment de partage, ce sourire sur les visages, le plaisir de recevoir, de découvrir comme chacun nous perçoit derrière un objet.

Pour la première fois, à noël dernier j’ai fait mes cadeaux personnalisés

Marine : 

J’adore faire des cadeaux, des petites attentions, trouver LA chose qui fera plaisir à la personne… je ne dis pas que je réussis toujours ! En revanche, c’est une plaie de DEVOIR absolument trouver quelque chose si on a pas de pistes et je déteste faire des cadeaux impersonnels.

Ces dernières années dans ma famille on a décidé de faire tous un seul cadeau et de les tirer au sort. J’aime beaucoup le concept car finalement ce n’est plus un cadeau qu’on choisi pour quelqu’un de précis mais au contraire, un peu de soi qu’on offre à celui qui tombe dessus ! Et j’adore aussi recevoir quelque chose qui représente la personne qui offre. J’aime les cadeaux qui ont une valeur sentimentale, ceux qu’on a pris le soin de choisir même si ce sont de toutes petites choses.

Et vous quel est votre avis sur les cadeaux de Noël ? 

 

bannière-3-avis-sur

3 avis sur… les shampoings industriels

Bonjour les Cactus à cheveux !

Cette semaine nous vous donnons notre avis sur les shampoings industriels, et vous qu’est-ce que vous utilisez ?


Laura :

Aïe Aïe Aïe ! Bah que dire à ce sujet, mis à part que je suis toujours au shampoing liquide accompagné de tout ces produits chimiques qui le composent. J’attends toujours que Sandrine veuille bien m’en faire un ! Non, trêve de plaisanteries, effectivement j’utilise toujours le shampoing liquide INDUSTRIEL. Mais je pense que je vais me renseigner sur un DIY shampoing liquide et/ou solide. A vrai dire le solide, j’ai peur de m’emmêler les cheveux du coup je suis réticente et puis quand bien même j’en viens à faire mon propre shampoing, j’aurai toujours mon démêlant industriel…..

Sandrine :

J’utilise depuis un an tout pile un shampoing solide que je réalise moi même avec des recettes trouvées sur Aromazone dans un premier temps, et d’autres que j’ai arrangées à ma sauce de mon coté. Avant j’utilisais des shampoings achetés en grande surface comme la plupart du monde je pense. J’en utilisais beaucoup ! Et oui, quand on a les cheveux longs c’est pas possible de se laver les cheveux avec « une noisette ». Alors la poubelle se remplissait beaucoup de bouteilles vides. Aujourd’hui ma poubelle ne se remplit plus, et mon esprit est plus tranquille… Pourquoi ? Parce que je sais avec quoi je me lave les cheveux, et je ne perds plus de temps en magasin à lire les étiquettes et maintenant à vider mes poubelles !

Marine :

Je n’arrive pas à passer ce cap ! J’ai beaucoup de mal à trouver les produits qu’il me faut pour mes cheveux et après quelques tests j’avais trouvé un shampoing industriel d’une marque bio et naturelle qui me convenait. Mais en venant en Guyane je ne l’ai plus trouvé et les marques bios sont extrêmement chères chez moi. La solution serait de le fabriquer moi-même mais n’ayant pas les ingrédients sous la main je repousse. J’aimerais déjà en trouver un solide, c’est ma prochaine étape en retournant en métropole !

 

bannière-3-avis-sur

 

Le point de vue de… Anne Sophie !

BONJOUR LES CACTUS

 

Aujourd’hui c’est Anne Sophie qui répond à nos questions.


1/ Bonjour Anne-Sophie, qui es-tu ?

​Je suis une bientôt quadra avec de jolies rides, maman de 2 jeunes garçons (de vrais beaux gosses mais je manque cruellement d’objectivité), j’habite en région parisienne mais je rêve d’ailleurs, je travaille dans une entreprise qui offre des fruits toutes les semaines à ses salariés, et je suis une passionnée de photographie.

2/ Le zéro-déchet, ça te parle ?

​Oui, ça me parle, ça m’attire, ça me fait rêver mais ça ne va pas plus loin. J’ai l’impression que c’est un mode de vie inaccessible parce que ça demande de changer mon quotidien, mes habitudes, ma zone de confort et ça me paraît insurmontable avec ma vie actuelle. Ça demande du temps et je ne le prends pas car il est occupé par d’autres intérêts.

3/ Le Bio, c’est du blabla ou un critère imparable ? Et le naturel, à fond ou à reculons ?

​Pour le Bio, ni l’un ni l’autre. J’ai envie de croire que de manger bio est meilleur pour la santé mais je ne suis pas dupe : le 100% bio n’existe pas. On peut s’en rapprocher mais même si on cultive quelques fruits et légumes bio dans son jardin, il n’en reste pas moins que les sols et les eaux sont pollués. Et puis, derrière les labels bio se cache un marché très porteur donc nous ne sommes pas à l’abri d’escroqueries. Donc le bio pour moi est un critère important dans ma façon de consommer (ce n’est donc ​pas du blabla). Je me dis que ça peut limiter la casse. Mais je reste lucide.

Quant au naturel, c’est très attirant, surtout lorsque l’on voit tous les produits chimiques qui composent nombre de produits dans les rayons des supermarchés. Je regarde beaucoup sur internet les « recettes de grand-mères » pour faire sa propre lessive, son dentifrice, ses produits ménagers mais je ne me libère pas de temps pour ça. Par fainéantise, sans nul doute 😉 Les habitudes de consommation ont la vie dure!

4/ Que fais-tu pour l’environnement au quotidien ?

Je ne suis pas un bon exemple. Mes (petites) actions sont fluctuantes. Un coup je vais demander aux enfants (et à mon mari) de fermer le robinet quand ils se lavent les dents et après je vais laisser couler l’eau de la douche… J’essaie de trier un maximum mes déchets mais si la poubelle est trop chargée, je fais des impasses. De temps en temps, quand j’ai un regain de motivation, je mets les déchets végétaux de côté, soit pour les poules de ma voisine, soit pour le composteur mais la plupart du temps, la flemme me reprend et il est plus facile de tout jeter à la poubelle.
Dernièrement, j’ai installé le navigateur Lilo par défaut sur mon PC (et j’ai proposé à l’entreprise où je travaille de faire la même chose). Il compense la consommation de carbone liée aux recherches sur internet (ah, c’est que ça consomme beaucoup d’énergie de surfer sur internet, si, si !) et permet de financer (un peu) des projets environnementaux et sociaux. J’ai envoyé mes 1ères « gouttes » (un clic = une goutte d’eau) à une association pour la défense de la vie marine.

5/ Quand et comment ça t’es venu ?

​La réelle prise de conscience est venue lors de la 1ère grossesse. Tu as cet instinct de protection qui te vient. Ça commence par la nourriture qui est de plus en plus bio. Tu te poses des questions sur les couches : jetables ou lavables ? Les crèmes pour les enfants, les shampoings. Et puis, quant ton fils de 8 ans revient de l’école en te parlant écologie, ça amène à réfléchir aussi.

6/ Tu le fais pour ton bien-être ou pour la planète ?

​ »Les deux mon capitaine ». Ce qui va à l’un va à l’autre. ​

7/ Que penses-tu de ces mouvements qui se mettent en place petit à petit (effets de mode du bio, du retour au naturel, diminution des déchets, minimalisme, etc.) ?

 

​C’est top ! J’admire les gens qui atteignent le stade du zéro déchet ou qui parviennent à vivre en auto-suffisance​. lls ont une réelle volonté de faire bouger les choses et ça commence par leur mode de vie. Je garde espoir que mes réflexions m’amènent un jour aux actions. Mais on n’y est pas encore…

 

 8/ Une bonne résolution écolo-bio-etcetera que tu souhaites prendre mais que tu repousses ? Qu’est ce qui est si difficile dans ce changement à faire ?

​Devenir végétarienne serait un 1er pas puis parvenir au 0 déchets le 2ème ! Ça serait top, non ?
​J’ai essayé de ne plus manger de viande mais :
1) ​je n’arrive pas à m’en passer (la seule chose que j’ai réussi à faire, et ça en a fait sourire plus d’un-e, c’est d’arrêter de manger les bébés – le veau et l’agneau donc),
2) ça me paraît insurmontable de changer mes habitudes culinaires. Je n’aime pas cuisiner, j’ai du mal à cuisiner des nouvelles choses et faire manger mes enfants est déjà assez difficile donc sans viande, c’est la fin du monde !

Pour le 0 déchets, j’avais commencer par réutiliser des sacs en papier quand j’allais chez le primeur bio. Mais ça, c’était avant. Quand j’étais en congé maternité et que j’avais……du temps ! Pour le reste des aliments, j’aimerais bien les acheter en vrac et les ranger dans de jolies boîtes chez moi mais je fais mes courses sur le Drive. Je n’ai pas encore trouvé la solution pour concilier Drive et 0 déchets.

9/ La question qui fâche : vegan, végé, omni (ou autres) ? Et pourquoi ?

​Pourquoi fâche-t-elle cette question ? 🙂
J’aimerais être végétarienne mais je n’en ai pas la volonté. Vegan, il ne faut pas pousser quand même. Je pense qu’on peut manger des œufs et boire du lait de temps en temps. Là où ça pose problème c’est la surexploitation : les poules pondeuses qui ne voient jamais le jour, les poussins mâles qui sont noyés ou broyés vifs à la naissance, les veaux séparés de leur mère, les vaches qui sont des usines sur pattes et qui finissent en steak haché après quelques années de dur labeur.

10/ Merci de nous avoir partagé ton avis de petit cactus, un diy facile à nous faire partager avant de partir ?

Récupérez ​les peaux de citrons et mettez-les dans votre lave-vaisselle (à retirer après 1 ou 2 lavages). Ça dégage une super odeur et c’est naturel.

 

bannière-articles-invités

REPLAY: Article Invité : DAVID & le minimalisme

Moins et mieux, vers la simplicité et la vraie richesse.

J’ai toujours aimé la simplicité, l’organisation, les espaces épurés, les ambiances silencieuses, la beauté de la nature, sous toutes ses formes. L’essentiel. De l’utile. De la beauté.

David 1 (1 sur 1).jpg

Je ne suis pas un minimaliste par idéalisme ou même par mode. Je suis simplement quelqu’un qui cherche à obtenir le meilleur de lui-même, dans une quête sans fin du mieux vivre, via la simplicité vers la tranquillité. Le minimalisme se trouve être la voie naturelle et indispensable pour atteindre ce but. Mais cette quête est en fait une lutte acharnée contre les stratagèmes d’une société consumériste qui fait tout pour nous en éloigner. Tout ou presque autour de nous nous en empêche.

En effet, notre société occidentale moderne veille au grain : elle ne souhaite surtout pas que vous empruntiez la voie du moins. Cela ruinerait son leitmotiv du toujours plus. La logique de vie proposée dans les pays riches est la suivante : posséder et consommer ! Le toujours plus. Une belle maison, un beau salon, une belle cuisine, une belle voiture, avoir de belles vacances, des vêtements à foison, une ou plusieurs TV. Des crédits divers et variés. Des abonnements de toutes sortes inutiles (des magazines jamais lus, des clubs de sport que l’on déserte dès la deuxième séance etc.)

David 3 (1 sur 1).jpg

Notre paix intérieure est en permanence mise à mal par une pollution visuelle et sonore qui nous agresse frontalement ou insidieusement du matin au soir. De la sonnerie du réveil le matin au beuglement des publicités, des chaines d’information continue, en passant par le bruit de la circulation urbaine, tout nous enferme dans une spirale infernale dont on a du mal à sortir.

L’économie mondiale repose sur la croissance sans limite suicidaire et la consommation forcenée de biens inutiles mais vendus comme indispensables à notre bonheur.

Pour vous aider à succomber, un instrument puissant et envahissant a été placé chez vous, sous la forme d’un écran toujours plus grand, diffusant des programmes de milliers de chaines, vomissant des milliers de publicités et volant notre unique vrai richesse, notre temps. Ces programmes nous lobotomisent en créant en nous des désirs superflus.

C’est assez ! Il faut se réapproprier l’essentiel.

J’ai deux « mentors » dans ce domaine : Leo Babauta, célébrissime bloggeur de la sphère du mieux vivre, dont l’excellent livre « L’art de l’essentiel » est un indispensable, et Fumio Sasaki, la tête de file du minimalisme à la japonaise, qualifié « d’extrême », mais dont le mode de vie est vraiment inspirant. La mode des 150 ou même 100 objets est très caractéristique de ce courant. Trois chemises, 3 T-shirts, 3 pantalons, 5 paires de chaussures, un futon, une couette, un oreiller, 2 ou trois vestons ou manteaux, quelques ustensiles de cuisine, et c’est déjà presque trop.

Minimalisme ne rime pas avec pauvreté, mais avec richesse intérieure. Il faut bien choisir les objets qui devront nous accompagner.

De la même façon, les voyageurs/bloggeurs minimalistes qui ne possèdent que leur sac à dos, et des objets triés sur le volet et de qualité sont des modèles à suivre pour ceux qui veulent se libérer (voir par exemple le cas de Andrew Hyde et ses 15 objets comme unique possession).

David 4 (1 sur 1).jpg
Sac pour 2 semaines de voyages

Le minimalisme va de pair avec la quête du mieux vivre. Pour libérer son esprit et se simplifier la vie, il faut libérer son espace vital. L’endroit où l’on vit doit être le premier espace de notre bien-être et de notre épanouissement. C’est le reflet de notre situation personnelle et de l’état dans lequel se trouve notre esprit : apaisé, se fixant sur l’essentiel et recherchant la simplicité au sein d’un espace épuré ? ou bien encombré, fermé, prisonnier de milliers d’objets inutiles et nous enfermant dans un cloaque sans issue ?

Autant il est très difficile d’éliminer (cette démarche de simplification nécessite souvent des mois voire des années), autant re-remplir sa vie et son espace avec de l’inutile est d’une simplicité absolument diabolique. Cela nécessite une vigilance extrême de notre part : les objets nous guettent, prêts à nous envahir de nouveau !

Il est indispensable de faire une différence entre envie et besoin réel. L’envie nait de plusieurs influences, souvent négative, propulsée par notre société de consumérisme forcené. Les besoins vitaux sont en fait peu nombreux. Quand je veux acheter quelque chose, je me donne toujours un délai de réflexion d’une semaine à un mois. Et 9 fois sur 10, l’envie reposait sur du futile.

Suite à un gros changement de vie personnelle (un « reset » salvateur), j’ai décidé de me donner les moyens de vivre enfin comme je le voulais, et de me débarrasser du superflu. Pendant des années, j’étais comme tout le monde, entouré de milliers d’objets, ma vie remplie de possessions qui me possédaient. J’étais dans la norme.

David 2 (1 sur 1).jpg

Franchir le pas, et ne m’entourer que des choses réellement essentielles pour vivre a été une étape importante. Une précision : je vis seul la plupart du temps, et que ce qui marche pour moi ne fonctionnera probablement pas pour d’autres. Pas de prosélytisme dans ma démarche. Juste du pragmatisme. Mon leitmotiv est simplicité et quête de l’essentiel.

(Néanmoins, de nombreuses familles dans le monde adoptent avec bonheur cet art de vivre).

Le minimalisme entraine (ou est la résultante de) une hygiène de vie salvatrice : manger mieux, dormir mieux, se lever tôt (cf le « Miracle Morning »), se coucher tôt, se dépolluer l’esprit en ayant du temps pour s’enrichir intérieurement, s’ouvrir au monde, voyager, sourire, rire, vivre avec le sentiment euphorisant d’une liberté retrouvée.

Ni télévision, ni micro-onde, ni four, ni machine à laver, ni canapé, ni meuble inutile.

Voici pour le moment mes quelques possessions (encore trop nombreuses à mon goût) :

Cuisine

– Une monoplaque de cuisson à induction,
– 2 casseroles,
– 1 poêle,
– 4 bols,
– des couverts,
– 1 tasse et 2 verres,
– 1 bouilloire,
– 1 presse agrume,
– 1 petit mixeur,
– des chiffons de cuisine,
– 1 frigo petit format.

Je suis végétarien. Donc pas de viande, pas de poisson (mais encore des œufs et du fromage… pour le moment), pas de cuisine compliquée, pas de friture (donc pas besoin de hôte aspirante), pas de four, pas de micro-onde. Le moins possible de nourriture transformée. Des plats essentiels, simples et nourrissants et bio si possible. Fruits et légumes. Légumineuses. Graines. Céréales. Féculents.

Pates. Riz. Eau. Alcool avec grande modération.

Couchage20170301_195255

Plus de lit, de table de nuit, d’armoire, de commode etc.

– 1 excellent futon type japonais, repliable en 3. Vous pouvez vous en servir comme sofa. Je dors excellemment bien.
– 1 couette,
– 1 oreiller,
– 2 jeux de draps et housses.

Je dors à même le sol. Mon dos me remercie. Le couchage est aéré et rangé chaque matin.

Vêtements

J’ai donné beaucoup. Et je dois encore optimiser (j’use encore 40 pièces de vêtement – ce qui est énorme). Pas de lave-linge. J’utilise le lavomatic de ma commune pour quelques euros.

– 1 penderie mobile dans la pièce.

Pas de stress le soir pour choisir ses vêtements du lendemain (par exemple le fondateur et CEO de Facebook utilise les mêmes t-shirts et sweats chaque jour).

– 6 chemises,
– 5 T-shirts,
– 5 paires de pantalons,
– 3 sweats à capuche,
– 1 polaire,
– 2 vestes de costumes,
– 1 manteau,
– 1 parka imperméable,
– 1 veste polaire,
– 1 short,
– 1 maillot de bain,
– 1 pantalon multi-poches adéquat pour le camping/randonnée,
– 5 paires de chaussures,
– 1 paire de sandales,
– 2 ceintures,
– 2 pulls over,
– des sous-vêtements.

Je commence à remplacer au fur et à mesure ces pièces par des vêtements dits « techniques », de qualité supérieure, pratique, durable (ex. chemises sans repassage, t-shirts hautes performances etc.). Les couleurs sont assez neutres ou uniformes (blanc, gris, noir, bleu) pour pouvoir se combiner entre eux.

Salon/bureau

Pas de TV (la meilleure chose à faire est de se débarrasser de cet engin infernal). Donc pas de meuble TV. Pas de canapé. Un vieux fauteuil.

– 1 chaise pliable en bois.
– 1 table basse toute simple faite maison.
– 1 bibliothèque.
– 1 bureau tout simple fait maison.

Et c’est bien suffisant.

Salle de bain

Une salle de bain vide est un bonheur dès le matin.

– 1 savon naturel,
– du bicarbonate,
– rasoirs et accessoires,
– brosse à dent électrique,
– 3 serviettes de bain.

Objets divers

– livres (encore trop – je dois en donner/vendre),
– sacs à dos de diverses tailles,
– instruments de musique,
– appareils électroniques divers (ordinateurs, enceintes HIFI etc.),
– pleins d’objets liés à mes passions (dont la magie) – un tri s’impose.

La grande question est : mais quand tu reçois du monde, comment fais-tu ?

La réponse est : on improvise. Dans la joie et la bonne humeur. Il suffit de pas grand-chose pour passer un bon moment convivial. Ou alors, changez d’amis.

Se lever le matin dans une pièce épurée est jouissif. Faire le ménage complet ne prend que quelques minutes. Le minimalisme permet des gains d’argent qui peuvent être considérables à la longue.

 


20170415_180510

Notre temps si précieux est sauvegardé. Notre santé s’améliore. Nous nous concentrons sur l’essentiel. Nous sommes plus proches des êtres aimés. Notre vision du monde change. Malgré nos soucis et les aléas de la vie, notre esprit, le moteur de l’âme, renoue avec l’optimisme, la clarté, l’envie.

Simplifier votre monde vous ouvrira la porte à une vie magnifique, plus proche des considérations de la nature et de sa survie. Par le moins et mieux consommer.

Seulement 32 000 jours. C’est notre banque de temps (optimiste). Cherchons l’essentiel. La vie est courte.

Je terminerai par cette citation de Eminescu, poète roumain: « La vie est un bien perdu pour celui qui ne l’a pas vécue comme il l’aurait voulu ».

Moins et mieux, vers la simplicité et la vraie richesse.

 

 

 

Article Invité : DAVID & le minimalisme

Moins et mieux, vers la simplicité et la vraie richesse.

J’ai toujours aimé la simplicité, l’organisation, les espaces épurés, les ambiances silencieuses, la beauté de la nature, sous toutes ses formes. L’essentiel. De l’utile. De la beauté.

David 1 (1 sur 1).jpg

Je ne suis pas un minimaliste par idéalisme ou même par mode. Je suis simplement quelqu’un qui cherche à obtenir le meilleur de lui-même, dans une quête sans fin du mieux vivre, via la simplicité vers la tranquillité. Le minimalisme se trouve être la voie naturelle et indispensable pour atteindre ce but. Mais cette quête est en fait une lutte acharnée contre les stratagèmes d’une société consumériste qui fait tout pour nous en éloigner. Tout ou presque autour de nous nous en empêche.

En effet, notre société occidentale moderne veille au grain : elle ne souhaite surtout pas que vous empruntiez la voie du moins. Cela ruinerait son leitmotiv du toujours plus. La logique de vie proposée dans les pays riches est la suivante : posséder et consommer ! Le toujours plus. Une belle maison, un beau salon, une belle cuisine, une belle voiture, avoir de belles vacances, des vêtements à foison, une ou plusieurs TV. Des crédits divers et variés. Des abonnements de toutes sortes inutiles (des magazines jamais lus, des clubs de sport que l’on déserte dès la deuxième séance etc.)

David 3 (1 sur 1).jpg

Notre paix intérieure est en permanence mise à mal par une pollution visuelle et sonore qui nous agresse frontalement ou insidieusement du matin au soir. De la sonnerie du réveil le matin au beuglement des publicités, des chaines d’information continue, en passant par le bruit de la circulation urbaine, tout nous enferme dans une spirale infernale dont on a du mal à sortir.

L’économie mondiale repose sur la croissance sans limite suicidaire et la consommation forcenée de biens inutiles mais vendus comme indispensables à notre bonheur.

Pour vous aider à succomber, un instrument puissant et envahissant a été placé chez vous, sous la forme d’un écran toujours plus grand, diffusant des programmes de milliers de chaines, vomissant des milliers de publicités et volant notre unique vrai richesse, notre temps. Ces programmes nous lobotomisent en créant en nous des désirs superflus.

C’est assez ! Il faut se réapproprier l’essentiel.

J’ai deux « mentors » dans ce domaine : Leo Babauta, célébrissime bloggeur de la sphère du mieux vivre, dont l’excellent livre « L’art de l’essentiel » est un indispensable, et Fumio Sasaki, la tête de file du minimalisme à la japonaise, qualifié « d’extrême », mais dont le mode de vie est vraiment inspirant. La mode des 150 ou même 100 objets est très caractéristique de ce courant. Trois chemises, 3 T-shirts, 3 pantalons, 5 paires de chaussures, un futon, une couette, un oreiller, 2 ou trois vestons ou manteaux, quelques ustensiles de cuisine, et c’est déjà presque trop.

Minimalisme ne rime pas avec pauvreté, mais avec richesse intérieure. Il faut bien choisir les objets qui devront nous accompagner.

De la même façon, les voyageurs/bloggeurs minimalistes qui ne possèdent que leur sac à dos, et des objets triés sur le volet et de qualité sont des modèles à suivre pour ceux qui veulent se libérer (voir par exemple le cas de Andrew Hyde et ses 15 objets comme unique possession).

David 4 (1 sur 1).jpg
Sac pour 2 semaines de voyages

Le minimalisme va de pair avec la quête du mieux vivre. Pour libérer son esprit et se simplifier la vie, il faut libérer son espace vital. L’endroit où l’on vit doit être le premier espace de notre bien-être et de notre épanouissement. C’est le reflet de notre situation personnelle et de l’état dans lequel se trouve notre esprit : apaisé, se fixant sur l’essentiel et recherchant la simplicité au sein d’un espace épuré ? ou bien encombré, fermé, prisonnier de milliers d’objets inutiles et nous enfermant dans un cloaque sans issue ?

Autant il est très difficile d’éliminer (cette démarche de simplification nécessite souvent des mois voire des années), autant re-remplir sa vie et son espace avec de l’inutile est d’une simplicité absolument diabolique. Cela nécessite une vigilance extrême de notre part : les objets nous guettent, prêts à nous envahir de nouveau !

Il est indispensable de faire une différence entre envie et besoin réel. L’envie nait de plusieurs influences, souvent négative, propulsée par notre société de consumérisme forcené. Les besoins vitaux sont en fait peu nombreux. Quand je veux acheter quelque chose, je me donne toujours un délai de réflexion d’une semaine à un mois. Et 9 fois sur 10, l’envie reposait sur du futile.

Suite à un gros changement de vie personnelle (un « reset » salvateur), j’ai décidé de me donner les moyens de vivre enfin comme je le voulais, et de me débarrasser du superflu. Pendant des années, j’étais comme tout le monde, entouré de milliers d’objets, ma vie remplie de possessions qui me possédaient. J’étais dans la norme.

David 2 (1 sur 1).jpg

Franchir le pas, et ne m’entourer que des choses réellement essentielles pour vivre a été une étape importante. Une précision : je vis seul la plupart du temps, et que ce qui marche pour moi ne fonctionnera probablement pas pour d’autres. Pas de prosélytisme dans ma démarche. Juste du pragmatisme. Mon leitmotiv est simplicité et quête de l’essentiel.

(Néanmoins, de nombreuses familles dans le monde adoptent avec bonheur cet art de vivre).

Le minimalisme entraine (ou est la résultante de) une hygiène de vie salvatrice : manger mieux, dormir mieux, se lever tôt (cf le « Miracle Morning »), se coucher tôt, se dépolluer l’esprit en ayant du temps pour s’enrichir intérieurement, s’ouvrir au monde, voyager, sourire, rire, vivre avec le sentiment euphorisant d’une liberté retrouvée.

Ni télévision, ni micro-onde, ni four, ni machine à laver, ni canapé, ni meuble inutile.

Voici pour le moment mes quelques possessions (encore trop nombreuses à mon goût) :

Cuisine

– Une monoplaque de cuisson à induction,
– 2 casseroles,
– 1 poêle,
– 4 bols,
– des couverts,
– 1 tasse et 2 verres,
– 1 bouilloire,
– 1 presse agrume,
– 1 petit mixeur,
– des chiffons de cuisine,
– 1 frigo petit format.

Je suis végétarien. Donc pas de viande, pas de poisson (mais encore des œufs et du fromage… pour le moment), pas de cuisine compliquée, pas de friture (donc pas besoin de hôte aspirante), pas de four, pas de micro-onde. Le moins possible de nourriture transformée. Des plats essentiels, simples et nourrissants et bio si possible. Fruits et légumes. Légumineuses. Graines. Céréales. Féculents.

Pates. Riz. Eau. Alcool avec grande modération.

Couchage20170301_195255

Plus de lit, de table de nuit, d’armoire, de commode etc.

– 1 excellent futon type japonais, repliable en 3. Vous pouvez vous en servir comme sofa. Je dors excellemment bien.
– 1 couette,
– 1 oreiller,
– 2 jeux de draps et housses.

Je dors à même le sol. Mon dos me remercie. Le couchage est aéré et rangé chaque matin.

Vêtements

J’ai donné beaucoup. Et je dois encore optimiser (j’use encore 40 pièces de vêtement – ce qui est énorme). Pas de lave-linge. J’utilise le lavomatic de ma commune pour quelques euros.

– 1 penderie mobile dans la pièce.

Pas de stress le soir pour choisir ses vêtements du lendemain (par exemple le fondateur et CEO de Facebook utilise les mêmes t-shirts et sweats chaque jour).

– 6 chemises,
– 5 T-shirts,
– 5 paires de pantalons,
– 3 sweats à capuche,
– 1 polaire,
– 2 vestes de costumes,
– 1 manteau,
– 1 parka imperméable,
– 1 veste polaire,
– 1 short,
– 1 maillot de bain,
– 1 pantalon multi-poches adéquat pour le camping/randonnée,
– 5 paires de chaussures,
– 1 paire de sandales,
– 2 ceintures,
– 2 pulls over,
– des sous-vêtements.

Je commence à remplacer au fur et à mesure ces pièces par des vêtements dits « techniques », de qualité supérieure, pratique, durable (ex. chemises sans repassage, t-shirts hautes performances etc.). Les couleurs sont assez neutres ou uniformes (blanc, gris, noir, bleu) pour pouvoir se combiner entre eux.

Salon/bureau

Pas de TV (la meilleure chose à faire est de se débarrasser de cet engin infernal). Donc pas de meuble TV. Pas de canapé. Un vieux fauteuil.

– 1 chaise pliable en bois.
– 1 table basse toute simple faite maison.
– 1 bibliothèque.
– 1 bureau tout simple fait maison.

Et c’est bien suffisant.

Salle de bain

Une salle de bain vide est un bonheur dès le matin.

– 1 savon naturel,
– du bicarbonate,
– rasoirs et accessoires,
– brosse à dent électrique,
– 3 serviettes de bain.

Objets divers

– livres (encore trop – je dois en donner/vendre),
– sacs à dos de diverses tailles,
– instruments de musique,
– appareils électroniques divers (ordinateurs, enceintes HIFI etc.),
– pleins d’objets liés à mes passions (dont la magie) – un tri s’impose.

La grande question est : mais quand tu reçois du monde, comment fais-tu ?

La réponse est : on improvise. Dans la joie et la bonne humeur. Il suffit de pas grand-chose pour passer un bon moment convivial. Ou alors, changez d’amis.

Se lever le matin dans une pièce épurée est jouissif. Faire le ménage complet ne prend que quelques minutes. Le minimalisme permet des gains d’argent qui peuvent être considérables à la longue.

 


20170415_180510

Notre temps si précieux est sauvegardé. Notre santé s’améliore. Nous nous concentrons sur l’essentiel. Nous sommes plus proches des êtres aimés. Notre vision du monde change. Malgré nos soucis et les aléas de la vie, notre esprit, le moteur de l’âme, renoue avec l’optimisme, la clarté, l’envie.

Simplifier votre monde vous ouvrira la porte à une vie magnifique, plus proche des considérations de la nature et de sa survie. Par le moins et mieux consommer.

Seulement 32 000 jours. C’est notre banque de temps (optimiste). Cherchons l’essentiel. La vie est courte.

Je terminerai par cette citation de Eminescu, poète roumain: « La vie est un bien perdu pour celui qui ne l’a pas vécue comme il l’aurait voulu ».

Moins et mieux, vers la simplicité et la vraie richesse.

 

 

bannière-articles-invités

 

And the winner is… (Tag Liebster Awards)

Hey les chouchoucactus !

Nous avons été nominées aux oscars aux Liebster awards. C’est Anne du blog Une histoire de plumes qui nous a fait ce plaisir, et ça nous amuse bien d’y participer !

Le Liebster Award c’est une chaîne qu’on se refile de blogs en blogs et qui consiste à  :

  • Raconter 11 anecdotes sur nous
  • Répondre aux 11 questions d’Une histoire de plumes
  • Nominer à notre tour 11 blogs que l’on aime bien et leur poser à notre tour… 11 questions.

Commençons de ce pas avec 11 anecdotes sur nous. Il va de soi que nous n’allons pas CHACUNE vous raconter 11 anecdotes sinon vous en avez pour 10 jours.

Marine :

1- Je n’ai jamais réussi à faire tenir une plante. Un tamagotchi sans problème mais une plante impossible. Je pense même que j’ai un super-pouvoir qui les fait crever plus vite que prévu.
2- J’adore voyager et me sentir étrangère à un endroit. Dès que la routine s’installe je commence à m’impatienter.
3- Je pourrais passer ma journée à écouter de la musique. C’est d’ailleurs ce que je fais depuis que je bosse de chez moi !

Sandrine :

4- À la maison, il y a un petit lutin qui casse les verres, qui laisse traîner ses chaussures, qui ne range pas ses fringues… Non, franchement si je tombe sur lui un jour, il va m’entendre ! Mon Chou ne croit pas en son existence, il faut que j’arrive à lui prouver !
5- Je peux passer beaucoup de temps devant mon aquarium à regarder mes poissons se balader. Chacun son kiffe dans la vie.
6- J’ai une mémoire de poisson, j’oublie tout !

Laura :

7- J’ai tendance à procrastiner. Je me soigne en me mettant quelques coups de pieds au derrière mais c’est une « maladie » assez coriace.
8- Un jour j’ai voulu être la ménagère parfaite et j’ai donc utilisé mon robot multifonctions pour faire une pâte à crêpes. J’ai mis les ingrédients, laissé le robot faire sa mixture et en enlevant le récipient, la moitié de la pâte avait cuit au fond. Eh oui, mon robot est un robot cuiseur mais ça fallait le savoir et/ou lire la notice.
9- Je n’ai jamais rencontré Marine de l’équipe Bulles de Cactus. Aussi incroyable que ça puisse paraître, nous ne nous connaissons que via internet ! Disons qu’on s’est loupées de peu mais que ce n’est que partie remise.

Marine & Sandrine :

10- Nous avons fondé un collectif de créateurs il y a quelques années (le collectif « Créa’Sid » et tout était vert !) et participions à des marchés de noël pour vendre nos créations. Un dimanche alors qu’on s’ennuyait à nos stands parce que la communication avait été vraiment mal faite, l’une d’entre nous a lancé en blaguant : « si c’est comme ça, l’année prochaine, autant faire le nôtre ! » > un an plus tard, on faisait le nôtre, le Christma’Sid avec un père Noël tout vert !

Sandrine & Laura :

11- Nous avons voulu faire une sortie « parisienne » et tester des petits spectacles et pièces de théâtre. Comme toute gonzesse qui se vaut, nous avions envie de faire une petite pause pipi avant la pièce de théâtre. On s’est dit qu’on pourrait le faire arrivé là-bas (au moins on serait sûres d’arriver à l’heure, ne connaissant pas très bien le coin). Arrivées au « théâtre » nous décidons de rentrer, de donner nos tickets et d’aller aux toilettes mais surprise ! … Nous nous retrouvons directement dans la micro salle de spectacle qui faisait donc office de salle de théâtre, aménagée d’un guichet, de bancs et de la scène. Nous étions 20 à tout casser. Et voilà nous étions en plein cœur du charme parisien, des petites trouvailles et surprises auxquelles on ne s’attendait pas. Puis, bah, pour la pause pipi, on a attendu de rentrer chez nous.

Poursuivons maintenant avec les 11 questions concoctées par Une histoire de plumes et consacrées au blogging :

Quel(le) est…
…La ou les raisons pour lesquelles tu as ouvert un blog ?
S : J’ai eu envie de partager à travers un blog mon mode de vie, sans en faire trop. Un blog simple, avec des articles simples. Mais je ne voulais pas le faire toute seule, j’aime partager, mais aussi créer des liens, j’ai donc tout naturellement proposé à mes deux superbes copines, et les deux ont répondu présentes ! C’est comme ça que Bulles de cactus est né.

…L’histoire du nom de ton blog ?
S : Un soir entre filles on a commencé à mettre nos idées de noms sur papier, un vrai casse tête. On partait dans tout les sens. On bloquait sur Bulles… Jusqu’au moment ou une copine nous a soufflé : Bulles de cactus !


…Le message que tu veux faire passer par ton blog ?
M : Que c’est simple de s’y mettre, qu’il n’y a pas une méthode mais plusieurs qui peuvent s’adapter à votre train de vie. C’est pour cette raison qu’on trouvait que de faire un blog à 3 avec des profils différents était intéressant.
S :  Que l’on a pas besoin d’être une « bobo », ou encore une « hippy » pour manger bio et trier ses déchets. Ou encore que manger sain ne coûte pas forcement plus cher.
L : Partager mes découvertes du quotidien, les différents Do It Yourself qui m’intriguent et partager mon point de vue sur différents sujets.

…L’article qui te tient le plus à cœur ?
M :
J’ai adoré écrire celui sur les habitats nomades, le projet de ces gens est tout simplement génial !
S : « Je vide mes placards« , c’était comme un nouveau départ pour moi, faire le vide pour repartir du bon pied.
L : L’article qui me tient le plus à cœur est celui des cadeaux de Noël Home Made. Car ça a été l’article qui m’a pris le plus de temps dans la confection, la recherche etc. Et c’est également celui qui m’a donné le goût pour les DIY. J’ai été très heureuse de les offrir, c’est la première fois que je me lançais dans des cadeaux faits maison pour Noël.

…La thématique dont tu pourrais parler pendant des heures ?
M :
Je n’aime pas trop parler pendant des heures en revanche j’aime écouter les histoires des autres ! Le blog nous permet aussi d’exposer des problématiques, de donner des astuces, mais de ne pas se poser en « donneur de leçons », c’est délicat en société d’aborder ces sujets conversations sans avoir l’air de dire « moi je fais comme ci-comme ça » et sans sous-entendre « c’est mieux que toi. » donc j’évite ces sujets sauf avec des personnes dont je sais qu’on est d’accord ou que la personne m’a explicitement demandé mon avis.

…Ta playlist quand tu rédiges un article ?
M :
En ce moment, gros coup de cœur pour Grimes, elle est dingue, son univers est à la fois planant, girly et complètement wtf, j’adore.
S : Gotan project ! De la guitare, sur des airs de musique espagnol.
Carrément motivant !
L : Alors en ce moment je suis en pleine découverte de Rag’n’Bone Man. J’ADORE sa voix.

…Le meilleur moment pour écrire ?
M :
En fin d’après-midi, quand je me suis débarrassée du boulot et que je peux me poser.
S : Le week-end, quand ma semaine est enfin finie et que je peux rester concentrée sur mes articles à rédiger.
L : J’écris souvent le week-end, le matin. C’est le moment où je me sens le plus productive.

…Ta source d’inspiration ?
M :
depuis le temps que je lis des blogs, j’en ai suivis, découverts et abandonnés ! Les 2 que je suis depuis des années sont Et pourquoi pas Coline et Make my limonade. J’apprécie énormément l’éthique de Coline et sa capacité à se remettre en question et j’admire le parcours et la créativité de Lisa.
S : Mes ami(e)s. Elles/ ils m’inspirent tous les jours ! On peut trouver l’inspiration à partir d’une simple anecdote ! Ou alors Pinterest, c’est LA SOURCE d’inspiration par excellence je trouve.
L : Mes inspirations viennent de mes besoins du quotidien, les échanges et besoins que mes proches peuvent avoir et je fais souvent mes recherches sur Pinterest.

…Ta réaction quand on te dit « Sympa ton article, j’ai appris des choses » ?
S :
Je me dis que ce projet de blog à trois est une réussite. Si j’arrive à toucher, inspirer, informer, alors j’ai atteint mon objectif. C’est vraiment chouette de se dire qu’on écrit en prenant du plaisir à partager, et que nos lecteurs en prennent aussi.
L : Je me dis qu’on a bien fait de se réunir et surtout de concrétiser ce projet. C’est tout nouveau pour moi, et on ne sait jamais si ça va plaire. C’est donc une satisfaction personnelle de voir que l’on peut faire découvrir, partager et parfois même faire changer certains points de vue.

…Ton « tic » d’écriture ?
M :
J’aimerais parler au nom de nous 3, on a un problème : on mets des points d’exclamation partout !!!! On essaie de soigner mais c’est dur !!!
S : Ouaiiis !!!!! Je suis d’accord, il faut qu’on arrête ça !!
L : Les exclamations, c’est bien vrai !!! Et aussi les guillemets pour ma part…

…Le souvenir le plus sympa avec un lecteur de ton blog ?
S :
Lorsque l’un des articles est partagé, pour moi c’est vraiment le moment ou je me
dis : ça plaît. Et ça c’est chouette.
L : Chaque commentaire que j’ai eu est un souvenir. Mais quand j’ai échangé sur l’expérience de la lessive. Avoir un autre avis que le mien, j’ai trouvé ça génial.

Voilà, vous savez presque tout sur nous !

A notre tour de tagguer 11 blogs et de leur poser 11 questions (c’est nous ou le nombre « 11 » devient un peu stressant à force ?^^)

Les blogs :

Les questions :

1/ Que penses-tu de ces mouvements qui se mettent en place petit à petit (effets de mode du bio, du retour au naturel, diminution des déchets, minimalisme, etc.) ?
2/ Le zéro-déchet, ça te parle ?
3/ Le Bio, c’est du blabla ou un critère imparable ?
4/Et le naturel, à fond ou à reculons ?
5/ Que fais-tu pour l’environnement au quotidien ?
6/ Une bonne résolution écolo-bio-etcaecetera que tu souhaites prendre mais que tu repousses ?
7/ Qu’est ce qui est si difficile dans ce changement à faire ?
8/ La seule chose que tu emporterais sur une île déserte
9/  Comment t’es venue l’idée de créer ce blog ?
10/ Si tu devais t’engager auprès d’une association ou d’un organisme, lequel choisirais-tu ?
11/ Si tu devais tout plaquer pour changer de vie, tu ferais quoi ?

 

On espère que ça vous aura plu et on vous souhaite une belle journée !