REPLAY: DIY – Le tawashi (éponge lavable)

Hey les cactus !

Si vous faites la vaisselle à la main, comme moi, vous aurez remarqué que la durée de vie d’une éponge n’est pas bien longue et qu’il suffit d’un simple plat à gratin pour l’achever plus vite que prévu…

J’en ai eu marre de racheter des éponges sans cesse. Sur une semaine, on utilisait 1 éponge pour la vaisselle, 1 pour le ménage de la cuisine et 1 pour le ménage de la salle de bain. Ça fait 3. Par semaine. J’ai bien essayé de garder une éponge d’une semaine sur l’autre mais cette perspective de réutiliser une éponge qui a macéré dans ses microbes pendant une semaine…non merci.

Donc pour en revenir à ma vaisselle, j’ai changé 2 choses :

Remplacé l’éponge par UNE BROSSE A VAISSELLE, top.
Remplacé le produit vaisselle par DU SAVON DE MARSEILLE, re-top !

La brosse est carrément plus efficace pour décrasser certains plats et le savon de marseille fonctionne tout aussi bien, est naturel et plus économique.

Mais ce n’était pas tout pour remplacer les éponges car la brosse « n’absorbe » pas l’eau quand on en a mis un peu partout… Et là, j’ai entendu parler des tawashis :  une éponge que l’on confectionne soi-même avec des vieux vêtements, qui est lavable, et réutilisable et qu’on peut – moyennant beaucoup un peu de patience – confectionner soi-même.


Il vous faudra un vieux pantalon ou un vieux t-shirt ou des vieilles chaussettes. Des ciseaux, des pinces à linge et une boîte.

Étape 1 : J’ai pris un vieux jean, le tissu est un peu élasthanne donc c’est parfait. Coupez 8 bandes dans les jambes (essayez d’avoir des bandes de la même taille).

Étape 2 : Sur la boîte (qui doit être de la largeur des bandes), disposez 4 pinces de chaque côté.
Vous pouvez aussi faire 10 bandes et mettre 5 pinces de chaque côté, ou 12 bandes et 6 pinces… bref, tout dépend de la taille de votre boîte et de vos bandes.

Étape 3 : On commence par mettre les premières bandes, les unes à côté des autres, en passant autour des pinces qui se font face.

 

Étape 4 : (ça se complique) Il va falloir « tisser », bon, ça va c’est pas un grand tissage mais ça demande quand même un peu de dextérité. On va donc placer les 4 autres bandes perpendiculairement aux premières en passant au dessus de la 1ère bande, en dessous de la 2ème, au dessus de la 3ème puis en dessous de la 4ème. Puis la deuxième bande ce sera l’inverse, d’abord dessous, puis dessus, puis dessous et dessus. Et ainsi de suite.

 

Étape 5 : (ça se complique encore plus!!) Alors. C’est là que j’ai raté 4 fois avant de comprendre.
Une fois que c’est tissé, vous avez toutes les extrémités qui forment des boucles. Prenez-en 2. Passez celle de gauche à l’intérieur de celle de droite. Puis prenez-en une nouvelle à gauche que vous passez dans la précédente, et ainsi de suite. Faites tout le tour jusqu’aux deux dernières. Enlevez au fur et à mesure les pinces quand vous passez une boucle dans une autre.

 

Étape 6 : Nouez les 2 dernières, et voilà !

Bon, je vous l’accorde, il faut un peu de patience. J’ai failli abandonner après 3 échecs mais finalement la 4ème tentative fut la bonne ! Une fois que vous avez compris le truc, c’est assez rapide à réaliser.

Sinon, vous pouvez aussi les acheter toutes faites, on ne vous en voudra pas et vous ferez le bonheur de petits créateurs ! 😉

bannière-marine

 

 

Publicités

DIY – Le tawashi (éponge lavable)

Hey les cactus !

Si vous faites la vaisselle à la main, comme moi, vous aurez remarqué que la durée de vie d’une éponge n’est pas bien longue et qu’il suffit d’un simple plat à gratin pour l’achever plus vite que prévu…

J’en ai eu marre de racheter des éponges sans cesse. Sur une semaine, on utilisait 1 éponge pour la vaisselle, 1 pour le ménage de la cuisine et 1 pour le ménage de la salle de bain. Ça fait 3. Par semaine. J’ai bien essayé de garder une éponge d’une semaine sur l’autre mais cette perspective de réutiliser une éponge qui a macéré dans ses microbes pendant une semaine…non merci.

Donc pour en revenir à ma vaisselle, j’ai changé 2 choses :

Remplacé l’éponge par UNE BROSSE A VAISSELLE, top.
Remplacé le produit vaisselle par DU SAVON DE MARSEILLE, re-top !

La brosse est carrément plus efficace pour décrasser certains plats et le savon de marseille fonctionne tout aussi bien, est naturel et plus économique.

Mais ce n’était pas tout pour remplacer les éponges car la brosse « n’absorbe » pas l’eau quand on en a mis un peu partout… Et là, j’ai entendu parler des tawashis :  une éponge que l’on confectionne soi-même avec des vieux vêtements, qui est lavable, et réutilisable et qu’on peut – moyennant beaucoup un peu de patience – confectionner soi-même.


Il vous faudra un vieux pantalon ou un vieux t-shirt ou des vieilles chaussettes. Des ciseaux, des pinces à linge et une boîte.

Étape 1 : J’ai pris un vieux jean, le tissu est un peu élasthanne donc c’est parfait. Coupez 8 bandes dans les jambes (essayez d’avoir des bandes de la même taille).

Étape 2 : Sur la boîte (qui doit être de la largeur des bandes), disposez 4 pinces de chaque côté.
Vous pouvez aussi faire 10 bandes et mettre 5 pinces de chaque côté, ou 12 bandes et 6 pinces… bref, tout dépend de la taille de votre boîte et de vos bandes.

Étape 3 : On commence par mettre les premières bandes, les unes à côté des autres, en passant autour des pinces qui se font face.

 

Étape 4 : (ça se complique) Il va falloir « tisser », bon, ça va c’est pas un grand tissage mais ça demande quand même un peu de dextérité. On va donc placer les 4 autres bandes perpendiculairement aux premières en passant au dessus de la 1ère bande, en dessous de la 2ème, au dessus de la 3ème puis en dessous de la 4ème. Puis la deuxième bande ce sera l’inverse, d’abord dessous, puis dessus, puis dessous et dessus. Et ainsi de suite.

 

Étape 5 : (ça se complique encore plus!!) Alors. C’est là que j’ai raté 4 fois avant de comprendre.
Une fois que c’est tissé, vous avez toutes les extrémités qui forment des boucles. Prenez-en 2. Passez celle de gauche à l’intérieur de celle de droite. Puis prenez-en une nouvelle à gauche que vous passez dans la précédente, et ainsi de suite. Faites tout le tour jusqu’aux deux dernières. Enlevez au fur et à mesure les pinces quand vous passez une boucle dans une autre.

 

Étape 6 : Nouez les 2 dernières, et voilà !

Bon, je vous l’accorde, il faut un peu de patience. J’ai failli abandonner après 3 échecs mais finalement la 4ème tentative fut la bonne ! Une fois que vous avez compris le truc, c’est assez rapide à réaliser.

Sinon, vous pouvez aussi les acheter toutes faites, on ne vous en voudra pas et vous ferez le bonheur de petits créateurs ! 😉

 

 

Qu’est-ce que le zéro-déchets ?

Hello les cactus gelés !

Poursuivons sur notre lancée des petites explications des thèmes abordés dans ce blog. Aujourd’hui, qu’est-ce que le zéro-déchet ?

Il nous paraît tout à fait normal d’utiliser certains objets sous leur forme jetable (mouchoirs, sopalins, bouteilles d’eau, cotons…) c’est une question pratique mais aussi une question d’hygiène, sauf que…

Sauf que depuis les décennies que nous utilisons ces objets du quotidien, ils s’accumulent, une fois jetés, dans les rues, les forêts et principalement au fond des océans. Perturbent les écosystèmes, gâchent le paysage et contribuent à la disparition d’espèces animales.

Ces objets jetables et autres emballages sont tellement ancrés dans nos habitudes et notre quotidien que nous ne nous en apercevons même plus. Le mouvement « zéro-déchet » part de cette prise de conscience pour tenter d’éliminer un maximum de déchets dans son foyer.

Il s’agit donc de supprimer les emballages, acheter en vrac, utiliser des matériaux durables et/ou facilement recyclables (ce qui donne lieu à certains débats : le verre ne serait pas plus facilement mieux recyclable que le plastique mais davantage durable et moins polluant), favoriser le recyclage (des vêtements, des objets : acheter en brocantes, sur des sites de revente).

Cette démarche s’associe souvent au minimalisme car on consomme moins pour consommer mieux et éviter au maximum de remplir sa poubelle. Le « zéro-déchet » est donc un objectif à atteindre en modifiant ses vieux réflexes.

On favorisera les lingettes/coton/sopalins lavables, les produits vendus en vrac à aller chercher avec son bocal en verre ou son sac en tissu réutilisable, on achètera des vêtements dans des vides-dressings et ses meubles en brocante !

Pour aller plus loin, on peut aussi fabriquer ses produits d’entretien ou de beauté, grâce aux recettes qu’on vous donne sur le blog et recycler ses déchets organiques grâce au compost.

Pour démarrer, regardez le nombre de poubelles que vous amenez chaque jours/ semaines/ mois à la benne. Puis, en revenant de courses, enlevez tous les emballages de vos achats et demandez-vous si ces emballage sont vraiment nécessaires, le temps de vie qu’ils auront eu par rapport au temps qu’il leur faudra pour disparaître dans la nature (50 ans pour une boîte de conserve…) et enfin, demandez-vous si l’aspect pratique de ces emballage vaut mieux que de prendre quelques nouvelles habitudes ?

On vous laisse y réfléchir, nous on a la réponse et quelques astuces à vous donner, n’hésitez pas à partager aussi les vôtres !

2017-02-25-22-05-10